Résultats de votre recherche

Nouvelles Noces chymiques de Christian Rosenkreutz – Le 6ème manifeste rosicrucien

Posté par leblogdegaudius le 8 janvier 2016

Dans la continuité des manifestes modernes, la Grande Loge a publié le 6ème manifeste rosicrucien, intitulé Nouvelles Noces chymiques de Christian Rosenkreutz. Je vous invite à en prendre connaissance ci-après, et en vous rendant sur le site de la Grande Loge de l’AMORC.

Bonne lecture!

Manifesto : Nouvelles Noces chymiques de Christian Rosenkreutz 1616-2016

7 janvier 2016 by Evénements • Tags:

En tant qu’auteur de ce Manifeste, et avant que vous en preniez connaissance, je souhaiterais me présenter. Par le passé, j’ai été connu sous le nom de Christian Rosenkreutz, fondateur mythique de l’Ordre de la Rose-Croix, société secrète dont les historiens de l’ésotérisme situent l’origine au début du XVIIe siècle, mais dont la Tradition est beaucoup plus ancienne, puisqu’elle remonte aux Écoles de mystères de l’Égypte antique.

Dans la Fama Fraternitatis, publiée en 1614, il est expliqué en détail pourquoi et comment, après avoir parcouru le monde à la recherche des plus grands érudits de l’époque, j’en suis venu à créer l’Ordre de la Rose-Croix. Formé à l’origine de quelques membres versés dans l’hermétisme, l’alchimie et la kabbale, il s’est développé par la suite et a perduré jusqu’à nos jours. Étant son fondateur, j’ai continué à veiller sur sa destinée, tantôt depuis le plan spirituel, tantôt en étant incarné ici-bas.

Un deuxième Manifeste fut publié l’année suivante, en 1615 : la Confessio Fraternitatis. Sans entrer dans les détails, je dirai qu’elle constitue le prolongement de la Fama et la complète en donnant des précisions sur les règles et le fonctionnement de la Fraternité rosicrucienne, tels que je les avais établis. On y trouve également des révélations sur le Liber Mundi (le Livre du Monde), sur le but véritable de l’alchimie, et sur la Science que les Rose-Croix possèdent pour mener à bien la régénération spirituelle de l’humanité.

Un troisième Manifeste, publié en 1616, vint s’ajouter au deux précédents. Dans un style très différent, il relate un rêve que je fis à l’époque où j’ai fondé l’Ordre de la Rose-Croix. Durant ce rêve, je me suis vu mener un périple initiatique de sept jours, à l’issue duquel je fus convié au mariage d’un Roi et d’une Reine, célébré dans un mystérieux château. Ce rêve allégorique, jalonné de références alchimiques, a fait l’objet de nombreuses interprétations, certaines éloquentes et inspirantes, d’autres fantaisistes et même absurdes.

Dans ma vie présente, je suis né le 13 décembre 1982, à Paris, cette Ville de Lumière où les Rose-Croix se sont fait connaître en 1623 par des affiches placardées ici et là dans les rues. Permettez-moi de vous en rappeler les termes :

« Nous, députés du Collège principal de la Rose-Croix, faisons séjour visible et invisible en cette ville par la Grâce du Très-Haut, vers Lequel se tourne le cœur des Justes. Nous montrons et enseignons à parler, sans livres ni marques, toutes sortes de langues des pays où nous voulons être pour tirer les hommes, nos semblables, d’erreur de mort.

S’il prend envie à quelqu’un de nous voir par curiosité seulement, il ne communiquera jamais avec nous, mais si la volonté le porte réellement à s’inscrire sur le registre de notre Confraternité, nous, qui jugeons des pensées, lui ferons voir la vérité de nos pro- messes ; tellement que nous ne mettons point le lieu de notre demeure en cette Cité, puisque les pensées jointes à la volonté réelle du lecteur seront capables de nous faire connaître à lui, et lui à nous. »

Souhaitant garder l’anonymat, je ne vous dirai ni où je demeure, ni quelles sont mes activités, ni quoi que ce soit qui puisse vous mener jusqu’à moi. Conformément aux règles que mes frères et moi-même nous étions fixées jadis, je me dois de rester « invisible ». Peut-être nous rencontrerons-nous un jour, mais dans ce cas, c’est moi qui viendrai à vous. Sachez néanmoins que mon attachement à la Rose-Croix demeure absolu et qu’elle est et restera ma voie spirituelle, jusqu’à ma réintégration finale et définitive dans l’Âme universelle.

Croyez-le ou non : je n’aurais jamais pris ni le temps ni la peine d’écrire ces quelques pages si je n’avais éprouvé la nécessité impérieuse de le faire, suite à un rêve que j’ai fait dans la nuit du 20 mars 2015, jour du printemps, et dont la nature et le contenu m’incitèrent à en faire le récit. Jugez plutôt : après m’être mis au lit, non sans avoir pris le temps de méditer sur la journée que je venais de passer et qui, me semblait-il, avait été constructive, je m’endormis. Au plus profond de mon sommeil, je me suis vu soudainement dans un œuf en verre d’environ trois mètres de hauteur et de quelques centimètres d’épaisseur. Parfaitement translucide et symétrique, il était d’une grande beauté et d’une parfaite régularité. Je me tenais debout en son centre, comme en lévitation, et me sentais particulièrement bien.

L’étonnement passé, j’observai l’œuf avec attention. Je vis alors, dans la partie supérieure, gravés dans le verre, à égale distance sur l’ensemble de son pourtour, les symboles du sel, du mercure et du soufre […].

> Lire le Manifesto

http://www.rose-croix.org/Documents/manifesto-nouvelles-noces-chymiques-rosenkreutz.pdf

http://fr.calameo.com/read/0009181462ba3cb6744e4

Manifesto-Nouvelles-Noces-chymiques-de-CRC-1616-2016

Gaudius

 

Publié dans Discussion générale | Pas de Commentaires »

Bonne et heureuse année 2016

Posté par leblogdegaudius le 1 janvier 2016

En ce début d’année 2016, je vous présente tous mes meilleurs voeux.

Puisse cette année qui vient être le reflet et la concrétisation de vos plus hautes et vos plus chères aspirations.

voeux 2016

 

J’aimerais également vous proposer cette prière que notre Grand-Maître a rédigée et qui est disponible sur son blog et sur le site de l’AMORC:

PRIÈRE UNIVERSELLE

« Dieu de tous les hommes, Dieu de toute vie,

Toutes les religions se réfèrent à Toi, mais Tu n’appartiens à aucune.

Tous les croyants Te vénèrent, mais aucun ne sait vraiment qui Tu es.

On s’adresse à Toi sous des noms divers, mais aucun d’eux n’a Ta préférence.

On dit que Moïse T’a vu, que Jésus T’a parlé et que Mahomet T’a entendu, mais pour le commun des mortels, Tu demeures invisible et silencieux.

Juifs, Chrétiens, Musulmans et Autres se réclament de Toi, mais Tu ne fais aucune distinction entre eux et n’accorde pas Tes faveurs aux uns plutôt qu’aux autres.

Qui que Tu sois, inspire aux croyants comme aux athées des pensées, des paroles et des actions bienveillantes, afin qu’ils expriment le meilleur d’eux-mêmes.

Qu’ils s’éveillent à une spiritualité fondée davantage sur la connaissance que sur la croyance, et cultivent entre eux le respect et la tolérance.

Qu’ils fassent de leur vie une quête de sagesse, et de la sagesse le fondement du bonheur auquel ils aspirent.

Qu’ils comprennent que l’humanité est une en essence, qu’ils sont des âmes-sœurs, et qu’ils sont destinés à s’aimer.

Qu’ils fassent en sorte que l’harmonie, la fraternité et la paix règnent entre tous les êtres, tous les peuples et toutes les nations.

Qu’ils considèrent la nature comme le plus beau des sanctuaires, et les animaux comme leurs frères d’évolution.

Qu’ils voient dans la Terre un chef-d’œuvre de la Création, dans la Création une émanation du Divin, et dans le Divin la source même de leur existence.

Qu’il en soit ainsi ! »

Gaudius

Publié dans Discussion générale | Pas de Commentaires »

Comment combattre la violence ? – un texte de Serge TOUSSAINT, Grand-Maître de l’AMORC

Posté par leblogdegaudius le 20 novembre 2015

« Pour combattre la violence, il faut en connaître les causes.

Bien qu’elles soient multiples, vous noterez qu’elles se situent à deux niveaux majeurs. Le premier niveau correspond à l’individu lui-même, c’est-à-dire à ce qu’il est en tant qu’être humain. C’est ainsi que certaines personnes, en raison de leur caractère, de leur tempérament et de leur niveau d’évolution, sont plus violentes que d’autres ou cèdent plus facilement à la violence. Elles s’énervent rapidement et deviennent vite agressives lorsqu’elles sont contrariées ou confrontées à une situation qui les irrite ou les perturbe.

Cela dit, la violence prend également sa source dans des causes plutôt extérieures à l’individu. Il arrive en effet que des personnes non violentes de nature en viennent à faire preuve de violence dans des conditions qui les exaspèrent ou qui heurtent leur sensibilité profonde : misère sociale, sentiment d’injustice, impression d’insécurité, etc. Lorsque ces deux causes majeures de violence sont réunies, à savoir un individu de tempérament violent soumis à une situation qui est par elle-même génératrice de violence, celle-ci atteint son paroxysme, avec tous les effets destructeurs qui en découlent. C’est alors l’engrenage d’un processus qui s’auto-alimente aussi longtemps que rien n’est fait pour y mettre fin.

De ce qui précède, il en résulte que pour combattre la violence, il faut agir au niveau de l’individu lui-même et au niveau de la société. Le premier niveau d’action pose tout le problème de l’éducation, laquelle est en perdition depuis trop longtemps. L’idéal en la matière serait que les parents et les adultes en général se fassent un devoir d’inculquer la non-violence aux enfants. Cela suppose qu’eux-mêmes leur donnent l’exemple dans ce domaine en s’efforçant, entre autres, d’être paisibles intérieurement, de parler calmement, d’agir avec sérénité, et naturellement en condamnant la violence sous toutes ses formes. Pour ce qui est de la société en général, il s’agit de faire en sorte qu’elle n’incite pas à être violent. Cela implique, certes de lutter contre la misère sociale, le sentiment d’injustice, l’impression d’insécurité, etc., mais également de mettre un terme à la violence gratuite qui s’affiche continuellement sur les écrans de cinéma, de télévision et de jeux vidéo.

Il me semble en effet que la cause majeure de la violence est la violence elle-même, car elle l’entretient chez les personnes qui ont un tempérament violent et la développe chez celles qui sont a priori non violentes. Parallèlement à ces mesures préventives, il me semble indispensable de sanctionner tous les actes de violence avec humanisme et à la mesure de leurs conséquences. À cet égard, l’impunité est un non-sens, car elle est une dérogation humaine à une loi divine, en l’occurrence le karma.

Le meilleur moyen de combattre la violence est donc d’éveiller cette vertu qu’est la non-violence, et ce, dans nos pensées, dans nos paroles et dans nos actions. Cela suppose d’apprendre à maîtriser toute impulsion d’agressivité, si possible dès qu’elle se manifeste dans notre conscience. À cet effet, le mieux est d’utiliser notre volonté pour remplacer cette impulsion négative par une pensée ou une émotion positive, jusqu’à ce que nous ayons retrouvé notre calme intérieur. Par ailleurs, lorsque nous sommes confrontés à une situation où une autre personne est agressive à notre encontre ou à l’encontre d’un tiers, nous devons éviter de créer un rapport de forces avec elle, et même tout faire pour apaiser les choses. Cela exige naturellement un certain effort et une certaine diplomatie, mais l’enjeu en vaut la peine.

D’une manière générale, tout citoyen responsable devrait favoriser le dialogue et privilégier l’harmonie dans ses relations avec autrui, afin d’être un agent de non-violence et par là même un vecteur de paix sociale. En cela, les Rosicruciens ont toujours été convaincus que c’est dans l’évolution et non la révolution que se situent les fondements du progrès humain.

Serge Toussaint »

 

L’attentat au Mali, qu fait suite aux attentats de Paris, m’a amené à poster cet article de notre Grand-Maître, Frater Serge Toussaint, et qui porte sur la violence en général. Un texte capital, à mon sens, et qui donne le point de départ :la paix commence par soi; par l ‘individu, par l’éducation. Mais nous pouvons faire plus car en tant que mystiques rosicruciens, nous avons des outils à notre disposition. Après la légitime colère que nous pouvons éprouver, dans l’instant, face à ces attentats spectaculaires, nous pouvons aussi oeuvrer dans la durée en utilisant les outils mis à notre disposition dans nos enseignements. Je n’aurai pas l’orgueil de dire que ces outils sont notre propriété exclusive car d’autres traditions ont également les leurs et travaillent aussi au quotidien. Ce soutien et cette compassion que nous apportons aux victimes des attentats peut et doit aussi s’étendre à TOUTES les victimes de violence et de barbarie partout dans le monde: enfants exploités ou violés, femmes battues, vieillards maltraités, animaux martyrisés… Pour toute victime apaisée, soulagée et rétablie, toute larme essuyée, tout individu violent qui décide de se réformer, tout terroriste qui renonce à la violence , c’est un pas de plus vers la paix profonde et un petit peu plus de lumière qui brille dans le monde. Les moyens d’agir ne manquent pas non plus et chacun peut se joindre à telle ou telle association selon sa nature et ses possibilités. L’essentiel, c’est de ne pas rester dans l’émotion, mais d’agir à tous les niveaux possibles. Et tant pis si ça ne plait pas à certains esprits chagrins. Mieux vaut être un « naïf » qu’un cynique.

Ce sont ces mêmes « naïfs »  qui, ce soir, à Paris, se refusent à se laisser aller à la morosité et qui veulent, coûte que coûte, que la vie continue. Chants, prières, hommages, manifestations de toute sorte, célébration de la vie…  ces « naïfs » génèrent en vérité des formes-pensées très positives, propres à nettoyer un peu cette atmosphère lourde. L’espérance renaît malgré tout, et elle est un défi face à ces porteurs de mort.

meditation-pour-la-paix

Gaudius

Publié dans Evénements | Pas de Commentaires »

Ecologie et spiritualité

Posté par leblogdegaudius le 24 juin 2015

Le pape François a lancé un appel à se mobiliser pour la sauvegarde de notre environnement:

Signez la pétition pour soutenir l’appel du pape pour une écologie humaine

Ecologie et spiritualité dans Discussion générale laudato-si-fr

Aux chefs d’État et de gouvernement des pays participant à la XXIe conférence internationale sur le climat (30 novembre-15 décembre 2015, Paris)

Au nom de nos enfants, qui sans vos efforts, vont hériter d’une planète dégradée et dangereuse,

Au nom des pauvres et de la planète, premières victimes de la pollution et de l’impact des changements climatiques,

Au nom de toute la famille humaine, qui compte sur votre volonté d’assumer vos responsabilités,

Je vous demande d’accueillir l’appel qu’a lancé le Pape François dans son encyclique « Laudato si » sur la « sauvegarde de la maison commune ». Le Pape reconnaît qu’il est encore temps pour l’humanité d’éviter la catastrophe écologique, et vous demande de prendre des engagements concrets pour « une écologique humaine authentique ».

Lors des délibérations de votre Conférence sur le climat, je vous demande d’écouter l’appel lancé par François à respecter le climat comme « un bien commun, de tous et pour tous » (n°23).

« Le changement climatique est un problème global aux graves répercussions environnementales, sociales, économiques, distributives ainsi que politiques, et constitue l’un des principaux défis actuels pour l’humanité. Les pires conséquences retomberont probablement au cours des prochaines décennies sur les pays en développement », affirme le Pape dans son encyclique (n°25).

Pour ces raisons, François lance cette demande que je fais mienne : « Voilà pourquoi il devient urgent et impérieux de développer des politiques pour que, dans les prochaines années, l’émission du dioxyde de carbone et d’autres gaz hautement polluants soit réduite de façon drastique, par exemple en remplaçant l’utilisation de combustibles fossiles et en accroissant des sources d’énergie renouvelable. Dans le monde, il y a un niveau d’accès réduit à des énergies propres et renouvelables » (n°26).

Il est encore temps de sauver la planète que nous allons offrir à nos enfants. Pour cette raison, je signe cette pétition et je vous demande de répondre par des engagements concrets à l’appel du Pape.

Lien: http://www.thecallofpopefrancis.org/fr

C’est pourquoi, au delà de toute considération partisane, j’ai décidé de le relayer sur mon blog. L’AMORC n’est d’ailleurs pas en reste, témoins les interventions de l’Imperator,  Christian Bernard, du Grand-Maître des pays de langue française, Serge Toussaint ainsi que des autres Grand-Maîtres, et des conférences données par l’URCI en ce sens. Voici quelques liens intéressants:

Vidéos:

http://www.dailymotion.com/video/xucjtb_ecologie-et-spiritualite_webcam

ou :

http://www.rose-croix.org/mediatheque/Video/ecologie_spiritualite.html

Blogs:

http://www.rose-croix.org/Documents/plaidoyer-rosicrucien-ecologie.pdf

http://www.rose-croix.org/mediatheque/ecologie-senat-bresil.html

http://www.blog-rose-croix.fr/20100119ecologie/

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-l-ecologie/

http://www.blog-rose-croix.fr/a-propos-de-l-ecologie/

http://www.urci.org/playdoyer-pour-une-ecologie-spirituelle/

Et quelques articles de la revue Rose-Croix:

http://fr.calameo.com/read/00005991451056a7500bd

http://fr.calameo.com/read/0009181463c2e5d362a13

Et pour conclure, un petit refrain qui ne paie pas de mine et pour mémoire (cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo):

Image de prévisualisation YouTube

 

Gaudius

terre

 

Publié dans Discussion générale | Pas de Commentaires »

A propos des événements tragiques survenus en France début janvier 2015: un appel de Serge TOUSSAINT, Grand-Maître de l’AMORC

Posté par leblogdegaudius le 19 janvier 2015

A propos des événements tragiques survenus en France début janvier 2015

 

De nombreux membres et amis de l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix nous ayant demandé sa position sur les drames qui ont eu lieu en France début janvier (attentats terroristes à Paris), il nous a semblé utile de remettre dans l’actualité des textes publiés au cours des mois et des années passés sous l’égide de l’A.M.O.R.C. Nous pensons en effet que ces textes rosicruciens sont en eux-mêmes une invitation à favoriser le «Vivre ensemble» et à œuvrer à l’instauration d’un monde plus humaniste et plus fraternel :

A propos des événements tragiques survenus en France début janvier 2015: un appel de Serge TOUSSAINT, Grand-Maître de l'AMORC dans Evénements fleche_suite Contribution rosicrucienne à la paix (30 mai 1997)

fleche_suite dans Evénements Déclaration rosicrucienne des devoirs de l’homme (21 septembre 2005)

fleche_suite Appel à la tolérance (1er septembre 2010)

fleche_suite Appel à la non-violence (1er juillet 2011)

fleche_suite Hymne à la fraternité – Clip vidéo (25 décembre 2012)

fleche_suite L’éducation / Sauvegarde de l’humanité (août 2014)

fleche_suite Lettre ouverte aux croyants (13 décembre 2014)

fleche_suiteCharte des citoyens du monde (8 janvier 2015).

 

Charte-des-citoyens-du-monde-248

 

Publié dans Evénements | Pas de Commentaires »

Une visite au Grand Orient : « 3 siècles d’antimaçonnisme »

Posté par leblogdegaudius le 31 octobre 2014

Une fois n’est pas coutume, je vous parlerai, non pas de rosicrucianisme, mais de maçonnisme ou plutôt d’antimaçonnisme.

J’ai constaté comme tant d’autres la montée des extrémismes et de l’intolérance. Parmi les cibles choisies, la franc-maçonnerie en a plus que sa part. Il y a des francs-maçons au sein de l’AMORC, qui restent généralement discrets sur leur parcours, mais je ne pense pas qu’ils apprécient le traitement qui est réservé à leurs obédiences.

Quand j’ai appris qu’une conférence serait donnée par des francs-maçons à Lille ce samedi 25 octobre à 17h au Temple de la rue Thiers,  j’ai sauté sur l’occasion et je me suis inscrit par internet quelques jours auparavant. Le thème de la conférence était « 3 siècles d’antimaçonnisme 1738-2014, une source des discours « anti » »  et se déroulerait en 3 parties :

  1. L’antimaçonnisme au XVIIIe siècle, naissance d’un mythe moderne : le complot des francs-maçons par Daniel Morfouace,
  2. L’antimaçonnisme antirépublicain, du XIXe siècle aux persécutions de Vichy par Yves Hivert-Messeca
  3. L’Antimaçonnisme contemporain : résurgences et mutations par Jiri Pragman

Puis c’est Daniel Keller, Grand-Maître actuel du Grand Orient de France, qui conclurait la soirée.

Le jour venu, donc, je me rends rue Thiers à l’heure dite et je me présente à l’entrée. Un rapide contrôle, et on m’invite à monter à l’étage : la conférence aura lieu dans le temple lui-même, et pas dans une salle plus neutre. Mazette ! Ça  n’est pas rien quand même !

Un membre m’invite à m’assoir en priorité sur les sièges du nord. Je ne sais si c’est voulu ou si c’est le hasard, ni si la signification du nord en franc-maçonnerie est identique à celle qu’on trouve dans notre ordre, mais toujours est-il que cela me rappelle « quelque chose ».

Bref, je m’installe, et je regarde le décor : des sculptures et des statues de l’Egypte ancienne ornent les murs et l’orient du temple, avec notamment des sphinx qui gardent un escalier, et des globes ailés sur les murs. A l’orient, des vitraux avec la lune, le soleil et le triangle lumineux tandis qu’à l’occident, je remarque notamment un pentagramme dans lequel est inscrit la lettre G et ce qui me semble être la Grande Ourse.

Jiri Pragman est déjà dans la salle et s’occupera du diaporama. Peu à peu, le temple se remplit, les sièges sont pratiquement tous occupés et j’ai l’impression qu’il y a au moins une centaine de participants. Sans doute beaucoup de francs-maçons car beaucoup se reconnaissent et se saluent ou se font 3 bises. Enfin, les conférenciers et les dignitaires font leur entrée ; parmi eux, Daniel Keller. Le responsable de la loge lilloise souhaite la bienvenue à l’assemblée et précise que le siège du « vénérable » a été utilisé lors du tournage du film « Forces occultes » pendant la 2ème guerre mondiale, après les décrets de Vichy.  Puis les conférenciers interviennent.

En premier lieu, Daniel Morfouace introduit son entretien avec cette citation de Goya : « Le sommeil de la raison engendre des monstres ».

La franc-maçonnerie apparait au XVIIème siècle, au « Siècle des Lumières » et se veut d’inspiration biblique sur des bases opératives. On trouve dans les loges des notables, des nobles et des ecclésiastiques. La franc-maçonnerie reçoit au début un accueil positif

Mais dès 1730, on assiste à des divulgations de statuts et de rituels, souvent le fait de quelques francs-maçons eux-mêmes. L’hostilité apparait vers les années 1740-1750 avec la première condamnation en 1738 du pape Clément XII. La bulle,  » In eminenti apostolatus specula », n’aura que très peu d’effet car elle n’a pas été enregistrée au parlement de l’époque (cette bulle sera reprise par la suite lors du Concordat). 

C’est l’ouvrage de l’abbé Augustin Barruel qui donne le départ, avec son ouvrage « Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme » en 1797.  L’abbé Barruel y expose sa thèse : la Révolution Française a été prévue et préparée par les sociétés secrètes. Il y voit  les complots des philosophes des Lumières, de la franc-maçonnerie « contre les autels et le trône », et la main des Illuminés de Bavière. (Il y fait aussi le distinguo entre la franc-maçonnerie anglaise, « la bonne », et la franc-maçonnerie française).  Le livre remporte un succès immédiat.

Avant de terminer son exposé, Daniel Morfouace révèle que ces thèses ont été parfois revendiquées par les francs-maçons eux-mêmes, et il conclut en déclarant que ce mythe sera porteur par la suite de tout ce qui sera antimoderne et anti-démocratique.

Puis vient le tour d’Yves Hivert-Messeca. Avec rondeur, bonhomie et une pointe d’accent méridional, il aborde l’antimaçonnisme, du XIXème siècle à Vichy. La franc-maçonnerie est immédiatement interdite en Espagne tandis qu’elle devient une franc-maçonnerie d’état en Angleterre, en Suède, en Russie et en France. Il explique que l’antimaçonnisme est en fait la conjonction des anti-lumières et des complotistes.

Viennent les années 1870 en France. Du fait de la guerre, il y aura beaucoup de départs qui seront compensés par l’arrivée de nouveaux membres qui étaient républicains. La franc-maçonnerie française se transforme. Du côté catholique, on assiste aussi à la venue des antirépublicains. Apparaissent alors des ouvrages d’auteurs dont celui de Mgr de Ségur, petit-fils de la comtesse, (intitulé tout simplement « les francs-maçons) connait un succès immédiat. Puis ce furent l’affaire Dreyfus, l’affaire des fiches (général André : 1900-1904)  et la loi 1905. Mais c’est l’affaire Dreyfus qui coagule l’antisémitisme et l’antimaçonnisme : c’est la naissance de l’anti-judéo-maçonnisme, théorisé par des ex maçons comme Léo Taxil et Jules Doinel. La gauche n’est pas en reste, puisqu’on assiste là aussi à l’apparition d’un antimaçonnisme de gauche, notamment en Italie et en Russie (3ème internationale, Trotsky).

Durant la 1ère guerre mondiale, l’antimaçonnisme tend à diminuer d’ampleur mais il reparait dans les années 1930. Tous les totalitarismes, rouge comme noir, interdisent la franc-maçonnerie. Suite à  l’affaire Stavisky, en 1934, 4 députés demandent l’interdiction de la franc-maçonnerie en France. Le vote a lieu avec 370 voix contre à gauche, 80 pour et 112 abstentions. Du fait de la radiation de certains francs-maçons, les effectifs chutent de 8 000 membres.

En 1940, le régime de Vichy interdit la franc-maçonnerie. Le summum se situe en 1943 dans toute l’Europe. Seuls 5 pays européens seulement autorisent la franc-maçonnerie : le Royaume Uni, l’Irlande, l’Islande, la Suisse et la Suède. Ce sera le générale De Gaulle qui, en rétablissant la légitimité républicaine, dans l’ordonnance du 9 août 1944, abrogera les lois anti-juifs et antimaçonniques de Vichy (il aura déjà auparavant promulgué une ordonnance  à Alger, le 15 décembre 1943).

Jiri Pragman, dans la 3ème partie de la soirée, aborde l’antimaçonnisme contemporain. Aux manettes de son diaporama, il montre que les antimaçonniques font un usage énorme de l’image : c’est une anti maçonnerie décomplexée, voire même haineuse, où on retrouve certains catholiques extrémistes, des militants d’extrême droite et des militants d’extrême gauche (les francs-maçons sont toujours qualifiés de « sans-Dieu » et de « libertins »). Les catholiques extrémistes et l’extrême droite accusent la franc-maçonnerie d’être à l’origine de « lois mortifères », on leur attribue de nouveau l’origine de la Révolution Française ; (notamment chez les manifestants opposés au vote de la loi sur « le mariage pour tous »), on évoque les « hauts grades », on assiste à l’apparition des injures, de tags et de banderoles dans n’importe quelle circonstance…

Certains protestants évangéliques ne sont pas en reste et eux aussi utilisent beaucoup d’images, comme celle du « Baphomet », certains responsables organisent des « séminaires de délivrance », ou propagent des rumeurs  comme la pédocriminalité, les sacrifices humains ou des meurtres.

Chez certains musulmans aussi l’antimaçonnisme est apparu : la charte du Hamas en parle ; on associe également l’antimaçonnisme avec le sionisme, on réutilise le «Protocole des Sages de Sion », réputé faux. Les conflits du Moyen-Orient attisent aussi l’antimaçonnisme.

Certains auteurs s’amusent à trouver des symboles «maçonniques » presque partout. Les réseaux sociaux sont beaucoup utilisés. Il ne faut pas non plus oublier le rôle de la presse dans les affaires traitant de « pouvoirs » et de « réseaux », ni les interventions des déçus et des renégats.

Face à tout cela, Jiri Pragman insiste sur l’importance du démontage. Dans son ouvrage, « l’antimaçonnisme actuel », il s’interroge :

 

 «  La situation est-elle grave? Sans doute mais le problème n’est pas limité à la franc-maçonnerie. Ne serait-ce pas une affaire d’instruction? Après observation de l’antimaçonnisme, à côté d’actions d’extériorisation de la maçonnerie, de la diffusion d’une information pédagogique et scientifique sur la maçonnerie, ne faudrait-il pas de manière plus générale favoriser l’éducation aux médias, particu­lièrement aux e-médias?

Les maçons et leurs obédiences ne pourront, eux, faire l’impasse sur une réflexion. Faudra-t-il vivre caché pour vivre heureux et s’en aller vers une maçon­nerie plus secrète que discrète? Ou faudra- t- il gérer autrement la communication et se poser la question des différentes formes d’extériorisation?

Faudrait-t-il créer un observatoire de l’antimaçonnisme et développer une branche de la maçonnologie consacrée à cet antimaçonnisme tel qu’il se diffuse aujourd’hui?

Les chantiers sont ouverts… »

 

En conclusion, Daniel Keller insiste sur la lutte contre ce genre de comportement fanatique et en appelle à la lutte pour la lutte et le maintien de la république. C’est dans ce sens qu’il prend, en quelque sorte, son bâton de pèlerin et qu’il interviendra par la suite dans d’autres villes de France sur ce même thème.

(N.B. : je n’ai pas pris note de toutes les déclarations de Daniel Keller, parce que mon attention s’était quelque peu relâchée après tout ce temps. Je n’ai pas non plus voulu faire un copié-collé des articles de presse pour « remplir » mon article. Je m’en excuse auprès de lui pour cette lacune.)

 

Après ces dernières paroles, les organisateurs proposèrent le pot de l’amitié en « salle humide ». Le lent reflux de la foule vers les agapes me laissa le temps de mieux admirer les portraits et les documents accrochés ici et là. Au milieu de la foule, j’essaie de me glisser afin de jeter un petit coup d’œil. Dans une vitrine sont exposés des sautoirs, et sur les murs, des affiches un peu partout. La bibliothèque est grande.

 

J’avise un conférencier, Yves Hivert-Masseca,  et je lui pose la question que je n’ai pas eu le temps de poser dans le temple. Nous discutons bien et un jeune homme, sans doute un franc-maçon se joint bientôt à nous. Le conférencier relate des incidents qui sont arrivés à certains membres, mais pondère ses propos en disant qu’il ne faut pas y voir systématiquement des actes antimaçonniques là où il y a des actes de voyous. Il confirme que même si la situation actuelle est inquiétante, on n’en est pas pour autant revenu aux années 1930. En ce qui concerne l’avenir, il semble dubitatif et envisage la fin du modèle occidental et patriarcal. Des femmes assistent également à la conversation tandis que la salle se vide petit à petit.

 

Soudain, mon estomac se rappelle à moi. Il est temps de prendre congé. Chipant au passage une poignée de cacahuètes salées, je remercie le responsable pour l’accueil simple et la qualité des entretiens, puis je file dare-dare au restau-rapide du coin (vous savez, celui avec le clown et les lettres jaunes).

 

Je suis content de ma soirée, et j’ai apprécié l’érudition des intervenants. Et à présent, je pose cette question : cette lutte contre toutes les formes d’obscurantisme et de fanatisme doit-elle être laissée aux seuls francs-maçons ou bien est-elle l’affaire de tous ? En ce qui me concerne, c’est oui. Le combat à mener est celui pour l’intelligence et la pédagogie. Face aux attaques qu’ils subissent, c’est tout à l’honneur des francs-maçons du GODF, en la personne de leur Grand-Maître,  de réagir et de ne pas laisser le champ libre aux fanatiques. Et j’ajouterai même : il était temps !

Temple maçonnique lille

Gaudius

P.S.: si un membre ou un conférencier relevait des erreurs, des oublis ou des contresens, je l’invite à me le faire savoir et à apporter toutes les corrections dans le sens voulu.

Publié dans Evénements | Pas de Commentaires »

Illuminaten, Illuminati et Illuminés: une mise au point

Posté par leblogdegaudius le 17 septembre 2014

Serge TOUSSAINT,  Grand-Maître de l’AMORC, a rédigé 2 articles sur le site de la Grande Loge, à propos de la confusion entre « Illuminaten » et « Illuminati », et il a donné sur ce sujet l’éclairage de l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix.

J’ai essayé de lier ces 2 articles ensemble et de les synthétiser en un seul. Je vous donne les liens pour que vous puissiez les lire séparément  (Les sous-titres sont de moi):

http://www.rose-croix.org/histoire/rose-croix-et-illuminati.html

http://www.rose-croix.org/histoire/illuminatis.html

Introduction :

Depuis quelque temps, on entend beaucoup parler des « Illuminati » et du rôle obscur qu’ils auraient joué depuis leur apparition qui, si l’on en croit Dan Brown dans son livre « Anges et Démons », aurait eu lieu en Italie au XVIe siècle. Pire encore, on prétend qu’ils existent toujours et qu’ils complotent contre l’humanité, partout où ils se trouvent et à travers une multitude de réseaux noyautant quasiment tous les domaines de l’activité humaine : politique, économie, finance, médias, science, ésotérisme, etc. En un mot, ils seraient au cœur de la «théorie du complot», que nombre d’internautes commentent et relayent sur internet, sans parler des livres plus opportunistes les uns que les autres écrits sur le sujet à des fins commerciales.

Dans son livre, « Anges et démons », Dan Brown évoque les Illuminati, une société secrète dont les origines remonteraient au XVIe siècle et qui rassemblerait des savants dont les thèses scientifiques étaient rejetées par l’Église. Selon Dan Brown, l’astronome et mathématicien Galilée (1564-1642) aurait été l’un des membres les plus éminents de cette société. Pourchassés par l’Église catholique, les Illuminati se seraient répandus en Europe, se mêlant aux mystiques, alchimistes, occultistes, juifs ou musulmans, et s’infiltrèrent dans la Franc-Maçonnerie. Toujours selon l’auteur d’ « Anges et Démons », cette société secrète œuvrerait à la destruction de l’Église chrétienne. Dans son livre, il met en scène un complot orchestré par elle.

Les Illuminaten, ou Illuminés de Bavière :

S’il a bien existé une organisation dont le nom s’apparente à celui cité par Dan Brown, son histoire n’est pas celle-là. Le groupe qui lui a servi de modèle est celui des Illuminaten (et non pas Illuminati), et son existence ne remonte pas au XVIe siècle, mais à la fin du XVIIIe, soit près de cent cinquante ans après la mort de Galilée. Les Illuminaten, plus connus sous le nom d’Illuminés de Bavière, est une confrérie qui a été créée en mai 1776 par Adam Weishaupt (1748-1813), professeur de droit à l’université d’Ingolstadt, en Bavière. Ancien élève des jésuites, il fut marqué par la façon dont ces derniers lui enseignèrent la religion, usant d’une sorte de « dressage méthodique » destiné à imposer une dévotion de façade. Il en conçut une aversion pour la religion et s’efforça de combattre l’obscurantisme religieux en se ralliant aux Lumières. C’est dans cet esprit qu’il fonda les Illuminaten, une société secrète qui n’avait pas de vocation initiatique, mais un but subversif.

  • Leurs sources :

La doctrine des Illuminaten s’inspire de Rousseau. Elle prône l’égalitarisme et un rationalisme hostile à la religion. La lumière qu’ils cherchent n’est pas celle de la spiritualité ou de l’initiation, mais celle de la raison, celle des Lumières qui marquent le XVIIIe siècle. Adam Weishaupt ne réussit guère à rassembler qu’une dizaine de membres autour de lui. Constatant le peu de succès de son entreprise, il donna aux Illuminaten une forme maçonnique pour séduire de nouveaux adeptes. En 1782, il tenta même de créer une institution destinée à fédérer la Franc-Maçonnerie allemande pour la « guérir de la théosophie » et la rallier au rationalisme. La société des Illuminaten s’étendit alors en Autriche, en Bohême et en Hongrie, et s’infiltra dans la Franc-Maçonnerie.

  • Francs-Maçons et Rose-Croix donnent l’alerte :

A la fin du XVIIIe siècle, la Franc-Maçonnerie allemande était dominée par la Stricte observance templière et la Rose-Croix, deux groupes très attachés au christianisme et à la spiritualité. Ces deux groupes, les Rose-Croix en particulier, ont rapidement pressenti le danger que représentaient les Illuminaten, lesquels prétendaient réformer la société en instaurant l’athéisme. Le 11 novembre 1783, la loge des Trois Globes de Berlin lança l’anathème contre les Illuminaten, qu’elle accusait de vouloir saper la religion chrétienne et faire de la Maçonnerie un système politique.

De leur côté, les autorités politiques se sentirent également menacées, car Weishaupt voulait s’en prendre aussi à la monarchie. Pour mettre fin à ces agissements, le 22 juin 1784, le prince Charles Théodore, électeur de Bavière, émit un édit ordonnant la dissolution de toute société secrète. Quelques mois plus tard, au début de l’année 1785, c’est Adam Weishaupt qui fut inquiété. D’abord destitué de sa chaire universitaire, il fut bientôt chassé de Bavière. Les Illuminaten furent alors traqués et cessèrent d’exister après 1789.

  • L’ « héritage » des Illuminaten :

Malgré la brièveté de leur existence, les illuminés de Bavière vont connaître une formidable postérité romanesque, qui commence à la fin du XVIIIe siècle avec des ouvrages contre-révolutionnaires comme l’Essai sur la secte des Illuminés (1789) du marquis de Luchet, ou Mémoires pour servir à l’histoire du jacobisme (1797-1799) d’Augustin Barruel. Ces auteurs voient dans la Révolution un complot contre la religion et la royauté, dirigé par la Franc-maçonnerie, et en particulier par les Illuminaten. Cette thèse, mainte fois contredite par les historiens, connaît pourtant encore les faveurs des tenants des thèses conspirationnistes. Ces dernières, basées sur la théorie du complot, tirent leur efficacité du fait que cette théorie « abolit le hasard, les processus historiques, les imperfections humaines et fait croire que tout est voulu, qu’il y a des responsables uniques aux malheurs du monde » (2).

Qu’en est-il donc des véritables Illuminati ?

D’après la Tradition rosicrucienne, c’est le nom que portaient les membres d’un Ordre mystique qui fut fondé au XIIe siècle, lors des premières croisades, dans le but d’œuvrer au rapprochement du Christianisme et de l’Islam, qui se combattaient alors au nom de Dieu. Cet Ordre était composé de Chrétiens et de Musulmans, mais également de Juifs. Tous avaient en commun de vouloir mettre fin aux croisades et de promouvoir la tolérance religieuse. De nos jours, l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix se donne entre autres pour mission de perpétuer cet idéal de paix et de tolérance, ce qui explique pourquoi l’une des sections de son enseignement est intitulée : « section des Illuminati ». Vous conviendrez certainement qu’on est bien loin de ce qui est dit généralement à propos des « Illuminati » par ceux qui ne savent pas de quoi ils parlent.

Conclusion :

Au regard des explications précédentes, vous comprendrez que le terme « Illuminati » actuellement très en vogue est impropre à désigner les « Illuminaten » apparus en Allemagne au XVIIIe siècle, et qu’il l’est tout autant pour désigner les prétendus comploteurs qui s’emploieraient actuellement à nuire à telle race, nationalité, communauté, classe sociale, religion, etc., voire à l’humanité dans son ensemble. C’est là, au mieux une confusion de termes, au pire une manipulation. Toujours est-il que le lien établi entre les deux est tout aussi erroné que celui qui consisterait à utiliser le mot « Illuminati » pour désigner tous ceux que l’on considère de nos jours comme des “illuminés”, au sens péjoratif et négatif du terme. Autrefois, on parlait du complot judéo-maçonnique, aujourd’hui, ce sont à d’autres minorités qu’on les attribue. Il faut bien trouver des boucs émissaires aux malaises d’une époque…

En conclusion, on peut dire que s’il est vrai que les Illuminaten furent peu recommandables, en raison de leur propension à comploter contre les pouvoirs religieux et politiques en place, ils n’ont qu’un lointain rapport avec les Illuminati du roman de Dan Brown.

 

Serge TOUSSAINT
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

Notes :

(1) René Le Forestier, Les Illuminés de Bavière et la Franc-Maçonnerie allemande, Paris, Hachette, 1914, p. 16.
(2) Antoine Vitkine, Les Nouveaux imposteurs, La Martinière, 2005.

 

Et un grand merci à Serge TOUSSAINT pour tous ces éclaircissements.

Gaudius

img_2-548_smile_espion

 

 

Publié dans | Pas de Commentaires »

La gauche impotente

Posté par leblogdegaudius le 10 septembre 2014

Une semaine dure pour le gouvernement actuel, et qui révèle dans quel état se trouve la gauche « social-libérale », « social-démocrate », « responsable », « moderne » : mal en point.

L’ex-compagne du président (non, on ne peut pas lui attribuer le qualificatif de « première dame », parce qu’ils n’ont jamais été mariés) exhale ses souffrances et ses rancœurs dans un brûlot destiné à « montrer le vrai visage » de son ex. Voilà qui réjouira les lecteurs de la presse people et les responsables de l’opposition. Et qu’on pleurniche sur la « désacralisation de la fonction ». Mais qui c’est-y qui a commencé, hein ? Mais passons.

Un secrétaire d’état, Thomas  THEVENOUD, oublie non seulement de payer ses impôts, mais aussi son loyer, alléguant d’une certaine « phobie ». Cela dit, il n’a pas menti, il n’a pas volé ! Non, le problème est ailleurs : il souffre d’un syndrome préoccupant : le CHÉPLUS. Cela affecte la mémoire immédiate et à long terme. Pourtant, je suis sûr que le petit Bernard a bien retenu l’exemple parental. Imaginons cette conversation entre son père et lui :

-          « Dis, papa, qu’est-ce que tu fais ?

-          Comme tu le vois, fiston. Je remplis ma déclaration de revenus.

-          Pourquoi ?

-          Parce qu’il faut payer des impôts.

-          C’est quoi, des impôts ?

-          C’est des sous qu’on donne à l’état.

-          Et pourquoi on doit donner des sous à l’état ?

-          Vois-tu, mon petit Thomas, ça sert à payer ta maitresse d’école, par exemple, ou les policiers, ou le docteur qui t’a soigné à l’hôpital, par exemple.

-          Je n’aime pas l’hôpital, na !

-          Je sais, fils, je sais.

-          Mais… tu as déjà donné des sous à l’état, l’année passée !

-          Oui, mais il faut recommencer.

-          Et tu fais ça… tous les ans ?

-          Oui, fils, tous les ans. »

Imaginons que  le petit Thomas  n’ait pas reposé la question, parce qu’il avait sûrement intégré cette notion. Un tel oubli ne peut être assurément que d’origine pathologique. Le CHÉPLUS a aussi une influence sur le comportement : il provoque des phobies incontrôlables, ici, une « phobie administrative ». J’imagine les réactions atterrées des électeurs de Saône et Loire : « Hé, maman, on a élu un malade ! ». Jérôme CAHUZAC souffrait-il de ce même mal ?

Comble de malchance, le gouvernement et le président sont de plus en plus impopulaires : on leur reproche leur absence de résultats, leur manque de fermeté, leur manque de vision à long terme… à la hauteur des attentes déçues. Mais cela fait des années que la « gauche moderne » déçoit régulièrement. Pour faire simple, on attends toujours d’elle qu’elle favorise la justice sociale, qu’elle impulse et guide les changements nécessaires au bon fonctionnement de la société, qu’elle reste branchée sur les plus hautes aspirations légitimes du peuple, qu’elle ait une vision à long terme et qu’elle sache mobiliser les énergies et les enthousiasmes.

Contrairement à la droite, symbole de stabilité qui peut vite dériver vers l’immobilisme, le contentement, la satisfaction repue, on veut que la gauche incarne le mouvement, le changement, l’imagination, voire le petit grain de folie nécessaire. C’est pourquoi une gauche « raisonnable » est une gauche malade, surtout depuis le tournant libéral de 1983. Le mal s’est aggravé en 1992 et on finit par se demander si la gauche « moderne » « social-démocrate », « social-libérale », est bien en état de gouverner une nation et si elle ne ferait pas mieux de renoncer à une tache au-dessus de ses forces étant donné qu’elle est incapable de s’opposer aux dérives de la finance, de traiter d’égal à égal avec ses partenaires, de parler d’une voix ferme à ses adversaires, de favoriser l’émergence de nouvelles idées, de préparer un avenir autre que celui de serf soumis à la férule des grandes banques. Les prédécesseurs, la droite libérale, « décomplexée » et « remusclée » avaient donné l’image désastreuse de l’arrogance et de la servilité face aux forces de l’argent. Naturellement, pouvait-on dire, d’où le divorce des centristes avec cette droite-là.

La gauche a déçu, et on n’attend pas grand-chose de la droite. Entre l’arrogance et l’impotence, quel choix autre que l’abstention ou les extrêmes ? L’abstention, autrement dit la résignation, et les extrêmes, sources de désordres et annonciateurs de situations pires encore (parce qu’après le désordre généré, un « ordre » dictatorial s’installe le plus souvent, pour ne pas dire toujours). Peut-être faudrait-il faire des piqûres de rappel à l’un et l’autre camp et leur remettre en mémoire la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la constitution d’avant 2007, et surtout leur demander pourquoi ils ont choisi la politique, autrement dit de se mettre au service de la nation. De la nation et non au service d’une autre, ou d’un groupe d’autre, ou d’une quelconque oligarchie.

Quel citoyen, quelle figure emblématique, quelle voix assez forte battra le rappel ? Sans doute, à titre individuel, existe-t-il des politiques de bonne volonté mais d’un point de vue collectif ? Qui donnera enfin des explications claires ? D’un côté, on affirme que la mondialisation, c’est bien et que le repli, c’est mal et de l’autre côté,  qu’il faut reprendre ses billes et lutter contre la mondialisation. Pendant des années, on a dit que l’inflation, c’était mal, qu’on devait lutter contre elle et qu’il fallait de la rigueur, pour s’entendre dire maintenant que l’inflation aurait plus d’avantages qu’on ne pensait et que la rigueur, ce n’est pas bon. Pendant des années, on a demandé au citoyen de « se serrer la ceinture » pour favoriser l’essor et le développement des entreprises, les travailleurs ont consenti à des sacrifices en espérant contribuer à la redresse économique et ils ne voient toujours rien venir. Pourquoi toujours demander plus et encore plus s’il n’y a pas l’amorce d’une relance ?

On dit que malgré tout, notre nation possède de nombreux atouts et que nous aurions tort de nous plaindre. Des atouts, certes, mais alors lesquels ? Sur quoi faut-il tabler et que devons-nous abandonner ou changer ? Et surtout, quels projets, quel programme, quelle vision d’avenir ? Concrètement, quel sera le visage de la nation en 2050 ? Les politiques pourraient peut-être reprendre un langage plus clair et voir à long terme ? Chacune, chacun, aspire à manifester le meilleur d’elle-même ou de lui-même et espère être bien éclairé par ceux qui ont la charge des affaires de l’état. C’est quand la confiance et l’espoir sont trahis que tout peut devenir dangereux.

C’est surtout le manque de perspective qui plombe le moral de nos semblables : ne pas savoir où on se dirige fait présager du pire, et c’est comme ça que la confiance reste en berne. Sans clarté, sans confiance, sans vision d’avenir, les citoyens auront toujours l’impression d’être abusés soit par des arrogants, soit par des incompétents. Sans clarté, sans confiance, sans vision d’avenir, les citoyens finissent par voir le monde comme extrêmement dangereux, aspirent au repli, et finissent par se diviser entre eux. La cohésion n’existe plus, il n’y a plus que des adversaires ou des ennemis, parce qu’on ne voit plus l’intérêt de vivre ensemble et de se fréquenter. Dès lors, les politiques deviennent inutiles car de cité, il n’y en a plus, il n’y a plus que des grottes et des cavernes.

Tout le monde sent que « quelque chose » couve, qui attend de se manifester. Qu’en sortira-t-il ? Je repose donc la question : quelle femme ou quel homme, politique, écrivain, philosophe, penseur… est ou serait capable de dire leur fait aux arrogants et aux impotents ? Qui ou quel groupe est  ou serait capable de dire clairement les choses et remobiliser les énergies et les bonnes volontés ? Le temps presse!

malade

Gaudius

M.A.J. du 11/10/2014:

Jean-Pierre CHEVENEMENT, illustre mieux que je ne saurais dire comment «  »L’action de la gauche a participé au désarroi français »

http://www.chevenement.fr/L-action-de-la-gauche-a-participe-au-desarroi-francais_a1653.html

Publié dans Coups de dents | Pas de Commentaires »

Illuminaten, Illuminati et Illuminés: une mise au point

Posté par leblogdegaudius le 30 juillet 2014

Serge TOUSSAINT,  Grand-Maître de l’AMORC, a rédigé 2 articles sur le site de la Grande Loge, à propos de la confusion entre « Illuminaten » et « Illuminati », et il a donné sur ce sujet l’éclairage de l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix.

J’ai essayé de lier ces 2 articles ensemble et de les synthétiser en un seul. Je vous donne les liens pour que vous puissiez les lire séparément  (Les sous-titres sont de moi):

http://www.rose-croix.org/histoire/rose-croix-et-illuminati.html

http://www.rose-croix.org/histoire/illuminatis.html

Introduction :

Depuis quelque temps, on entend beaucoup parler des « Illuminati » et du rôle obscur qu’ils auraient joué depuis leur apparition qui, si l’on en croit Dan Brown dans son livre « Anges et Démons », aurait eu lieu en Italie au XVIe siècle. Pire encore, on prétend qu’ils existent toujours et qu’ils complotent contre l’humanité, partout où ils se trouvent et à travers une multitude de réseaux noyautant quasiment tous les domaines de l’activité humaine : politique, économie, finance, médias, science, ésotérisme, etc. En un mot, ils seraient au cœur de la «théorie du complot», que nombre d’internautes commentent et relayent sur internet, sans parler des livres plus opportunistes les uns que les autres écrits sur le sujet à des fins commerciales.

Dans son livre, « Anges et démons », Dan Brown évoque les Illuminati, une société secrète dont les origines remonteraient au XVIe siècle et qui rassemblerait des savants dont les thèses scientifiques étaient rejetées par l’Église. Selon Dan Brown, l’astronome et mathématicien Galilée (1564-1642) aurait été l’un des membres les plus éminents de cette société. Pourchassés par l’Église catholique, les Illuminati se seraient répandus en Europe, se mêlant aux mystiques, alchimistes, occultistes, juifs ou musulmans, et s’infiltrèrent dans la Franc-Maçonnerie. Toujours selon l’auteur d’ « Anges et Démons », cette société secrète œuvrerait à la destruction de l’Église chrétienne. Dans son livre, il met en scène un complot orchestré par elle.

Les Illuminaten, ou Illuminés de Bavière :

S’il a bien existé une organisation dont le nom s’apparente à celui cité par Dan Brown, son histoire n’est pas celle-là. Le groupe qui lui a servi de modèle est celui des Illuminaten (et non pas Illuminati), et son existence ne remonte pas au XVIe siècle, mais à la fin du XVIIIe, soit près de cent cinquante ans après la mort de Galilée. Les Illuminaten, plus connus sous le nom d’Illuminés de Bavière, est une confrérie qui a été créée en mai 1776 par Adam Weishaupt (1748-1813), professeur de droit à l’université d’Ingolstadt, en Bavière. Ancien élève des jésuites, il fut marqué par la façon dont ces derniers lui enseignèrent la religion, usant d’une sorte de « dressage méthodique » destiné à imposer une dévotion de façade. Il en conçut une aversion pour la religion et s’efforça de combattre l’obscurantisme religieux en se ralliant aux Lumières. C’est dans cet esprit qu’il fonda les Illuminaten, une société secrète qui n’avait pas de vocation initiatique, mais un but subversif.

  • Leurs sources :

La doctrine des Illuminaten s’inspire de Rousseau. Elle prône l’égalitarisme et un rationalisme hostile à la religion. La lumière qu’ils cherchent n’est pas celle de la spiritualité ou de l’initiation, mais celle de la raison, celle des Lumières qui marquent le XVIIIe siècle. Adam Weishaupt ne réussit guère à rassembler qu’une dizaine de membres autour de lui. Constatant le peu de succès de son entreprise, il donna aux Illuminaten une forme maçonnique pour séduire de nouveaux adeptes. En 1782, il tenta même de créer une institution destinée à fédérer la Franc-Maçonnerie allemande pour la « guérir de la théosophie » et la rallier au rationalisme. La société des Illuminaten s’étendit alors en Autriche, en Bohême et en Hongrie, et s’infiltra dans la Franc-Maçonnerie.

  • Francs-Maçons et Rose-Croix donnent l’alerte :

A la fin du XVIIIe siècle, la Franc-Maçonnerie allemande était dominée par la Stricte observance templière et la Rose-Croix, deux groupes très attachés au christianisme et à la spiritualité. Ces deux groupes, les Rose-Croix en particulier, ont rapidement pressenti le danger que représentaient les Illuminaten, lesquels prétendaient réformer la société en instaurant l’athéisme. Le 11 novembre 1783, la loge des Trois Globes de Berlin lança l’anathème contre les Illuminaten, qu’elle accusait de vouloir saper la religion chrétienne et faire de la Maçonnerie un système politique.

De leur côté, les autorités politiques se sentirent également menacées, car Weishaupt voulait s’en prendre aussi à la monarchie. Pour mettre fin à ces agissements, le 22 juin 1784, le prince Charles Théodore, électeur de Bavière, émit un édit ordonnant la dissolution de toute société secrète. Quelques mois plus tard, au début de l’année 1785, c’est Adam Weishaupt qui fut inquiété. D’abord destitué de sa chaire universitaire, il fut bientôt chassé de Bavière. Les Illuminaten furent alors traqués et cessèrent d’exister après 1789.

  • L’ « héritage » des Illuminaten :

Malgré la brièveté de leur existence, les illuminés de Bavière vont connaître une formidable postérité romanesque, qui commence à la fin du XVIIIe siècle avec des ouvrages contre-révolutionnaires comme l’Essai sur la secte des Illuminés (1789) du marquis de Luchet, ou Mémoires pour servir à l’histoire du jacobisme (1797-1799) d’Augustin Barruel. Ces auteurs voient dans la Révolution un complot contre la religion et la royauté, dirigé par la Franc-maçonnerie, et en particulier par les Illuminaten. Cette thèse, mainte fois contredite par les historiens, connaît pourtant encore les faveurs des tenants des thèses conspirationnistes. Ces dernières, basées sur la théorie du complot, tirent leur efficacité du fait que cette théorie « abolit le hasard, les processus historiques, les imperfections humaines et fait croire que tout est voulu, qu’il y a des responsables uniques aux malheurs du monde » (2).

Qu’en est-il donc des véritables Illuminati ?

D’après la Tradition rosicrucienne, c’est le nom que portaient les membres d’un Ordre mystique qui fut fondé au XIIe siècle, lors des premières croisades, dans le but d’œuvrer au rapprochement du Christianisme et de l’Islam, qui se combattaient alors au nom de Dieu. Cet Ordre était composé de Chrétiens et de Musulmans, mais également de Juifs. Tous avaient en commun de vouloir mettre fin aux croisades et de promouvoir la tolérance religieuse. De nos jours, l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix se donne entre autres pour mission de perpétuer cet idéal de paix et de tolérance, ce qui explique pourquoi l’une des sections de son enseignement est intitulée : « section des Illuminati ». Vous conviendrez certainement qu’on est bien loin de ce qui est dit généralement à propos des « Illuminati » par ceux qui ne savent pas de quoi ils parlent.

Conclusion :

Au regard des explications précédentes, vous comprendrez que le terme « Illuminati » actuellement très en vogue est impropre à désigner les « Illuminaten » apparus en Allemagne au XVIIIe siècle, et qu’il l’est tout autant pour désigner les prétendus comploteurs qui s’emploieraient actuellement à nuire à telle race, nationalité, communauté, classe sociale, religion, etc., voire à l’humanité dans son ensemble. C’est là, au mieux une confusion de termes, au pire une manipulation. Toujours est-il que le lien établi entre les deux est tout aussi erroné que celui qui consisterait à utiliser le mot « Illuminati » pour désigner tous ceux que l’on considère de nos jours comme des “illuminés”, au sens péjoratif et négatif du terme. Autrefois, on parlait du complot judéo-maçonnique, aujourd’hui, ce sont à d’autres minorités qu’on les attribue. Il faut bien trouver des boucs émissaires aux malaises d’une époque…

En conclusion, on peut dire que s’il est vrai que les Illuminaten furent peu recommandables, en raison de leur propension à comploter contre les pouvoirs religieux et politiques en place, ils n’ont qu’un lointain rapport avec les Illuminati du roman de Dan Brown.

 

Serge TOUSSAINT
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

 

Notes :

(1) René Le Forestier, Les Illuminés de Bavière et la Franc-Maçonnerie allemande, Paris, Hachette, 1914, p. 16.
(2) Antoine Vitkine, Les Nouveaux imposteurs, La Martinière, 2005.

 

Et un grand merci à Serge TOUSSAINT pour tous ces éclaircissements.

Gaudius

img_2-548_smile_espion

 

Publié dans Discussion générale | Pas de Commentaires »

Lettre ouverte aux femmes (Serge TOUSSAINT) – Lettre d’Helena ROERICH de 1929

Posté par leblogdegaudius le 27 juin 2014

Le Grand-Maître de l’AMORC, Serge TOUSSAINT, a publié sur son blog et sur le site de l’AMORC une « lettre ouverte aux femmes » car il a tenu à souligner le rôle majeur qu’elles ont toujours joué , continuent à jouer et continueront à jouer à l’avenir. Je vous propose d’en prendre connaissance sur son blog, à cette adresse:

http://www.blog-rose-croix.fr/lettre-ouverte-aux-femmes-2/

Dans le même ordre d’idée, je vous propose cette lettre qu’Helena ROERICH écrivit en 1929. Dans son ouvrage « Les grandes initiées au féminin », Hélène BERNARD la proposait également aux réflexions de toutes et tous. Voici cette lettre, qui est toujours d’actualité:

 

 » La grande époque qui approche est étroitement liée à l’influence de la femme. Comme aux meilleurs jours de l’humanité, l’époque à venir offrira de nouveau à la femme sa place légitime, à côté de son compagnon et coéquipier de toujours, l’homme. Vous devez vous rappeler que la grandeur du Cosmos est construite à partir d’une double Origine. Est-il possible, par conséquent, de faire fi d’un de ses Éléments ? 

      Toutes les misères actuelles et à venir ainsi que les cataclysmes cosmiques sont, dans une grande mesure, le résultat de l’assujettissement et de l’humiliation de la femme. Le déclin épouvantable de la moralité, les maladies et la dégénérescence de certaines nations sont également le résultat de la dépendance servile de la femme. Celle-ci n’a pas droit au privilège humain le plus grand : la participation totale à la pensée créatrice et au travail constructif. Elle est privée non seulement de droits égaux à l’homme, mais aussi, dans de nombreux pays, d’une éducation égale à celle de l’homme. On ne lui permet pas de montrer qu’elle est capable d’établir la vie sociale et gouvernementale, alors que, de par la Loi Cosmique et le Droit Cosmique, elle en fait partie intégrante. Mais une esclave féminine ne peut donner au monde que des esclaves. Le proverbe « Telle mère, tel fils » a un fondement cosmique et scientifique. Comme les fils ressemblent le plus souvent à leur mère et les filles à leur père, grande est la justice cosmique ! En humiliant la femme, l’homme s’humilie lui-même ! Cela explique aujourd’hui le manque de génie de l’homme.
      Les terreurs et les crimes d’aujourd’hui auraient-ils été possibles si les deux Origines avaient été équilibrées ? C’est entre les mains de la femme que repose le salut de l’humanité et de notre planète. La femme doit prendre conscience de son importance, de la grande mission de la Mère du Monde ; elle devrait être prête à assumer la responsabilité de la destinée de l’humanité. La mère, dispensatrice de la vie, a pleinement le droit d’orienter la destinée de ses enfants. La voix de la femme, la mère, devrait être entendue parmi les dirigeants de l’humanité. La mère suggère les premières pensées conscientes à son enfant. Elle dirige ses aspirations ainsi que ses capacités, et leur donne les qualités nécessaires. Mais la mère qui n’a aucune notion de culture ne pourra suggérer que des expressions inférieures de la nature humaine.
      La femme qui s’efforce vers la connaissance et la beauté, et qui a conscience de sa haute responsabilité, élèvera énormément le niveau total de la vie. Il n’y aura pas de place pour les vices repoussants qui conduisent à la dégénérescence et à la destruction de pays entiers.
      Mais en cherchant à s’éduquer, la femme doit se souvenir que tous les systèmes d’éducation ne sont que des moyens pour développer une connaissance et une culture supérieures. La véritable culture de la pensée se développe par la culture de l’esprit et du cœur. Seule cette association permet d’obtenir cette grande synthèse sans laquelle il est impossible de comprendre la grandeur, la diversité et la complexité réelles de la vie humaine dans son évolution cosmique. Par conséquent, tout en recherchant la connaissance, puisse la femme se rappeler la Source de la Lumière et les Guides de l’Esprit – à savoir les grands Esprits qui ont vraiment créé la conscience de l’humanité. En approchant de cette Source, de ce Principe de Synthèse puissant, l’humanité trouvera la voie qui mène à l’évolution véritable. 
    
  Et la femme est celle qui devrait connaître et proclamer ce Principe dominant, car depuis le commencement, elle a été choisie pour lier les deux mondes, le visible et l’invisible. La femme possède le pouvoir de l’énergie sacrée de la vie. L’époque qui arrive apporte la connaissance relative à cette puissante énergie omniprésente, qui se manifeste dans toutes les créations immortelles du génie humain.
      La femme occidentale est éveillée et a conscience de ses pouvoirs. Ses contributions à la culture sont déjà évidentes. Cependant, la majorité des femmes occidentales – comme tous les débutants – commencent par l’imitation, alors que la vraie beauté et l’harmonie réelle se trouvent dans l’expression originale de soi-même. Aimerions-nous voir l’homme perdre la beauté virile de sa nature ? L’homme qui a le sens de la beauté ne désire certainement pas voir une femme imiter ses habitudes et rivaliser avec ses vices. L’imitation commence toujours avec ce qui est le plus facile. Mais nous espérons que cette première étape sera vite dépassée et que la femme approfondira sa connaissance de la Mère Nature et trouvera des modes d’expression personnels et authentiques. 
   
   Le Cosmos manifeste l’unité de la loi et pourtant il n’y a pas de répétition dans sa variété. Pourquoi donc l’humanité recherche-t-elle l’uniformité en tout, alors qu’elle viole en même temps l’unité fondamentale de la loi ? L’homme recherche l’uniformité de perception, l’uniformité de vie et plus particulièrement l’uniformité de pensée. On oublie que l’uniformité d’expression mène à la stagnation et à la mort. La vie et son pouvoir changent perpétuellement de forme. Il convient d’appliquer ce principe fécondant dans toutes les expressions de notre existence. 
      Recueillons les images les plus belles et les plus héroïques des plus grands personnages de tous les temps et de tous les pays et, avec une imagination créatrice, adaptons leurs accomplissements à notre vie en prenant en considération les particularités de notre époque. Seule pareille imitation fournira un fondement correct aux progrès ultérieurs.
     
Je terminerai mon message à la femme par une page tirée de l’Enseignement de Vie :
      « Quand les nations ont commencé à se désunir, il en est résulté l’autodestruction. Seul un retour à l’équilibre peut y mettre fin. L’humanité n’applique pas les principes de créativité dans une proportion correcte et elle viole de ce fait les fondements de l’Être. Quand, par la loi de l’Aimant Cosmique, les formes inférieures sont subordonnées aux formes supérieures, cela ne concerne que les énergies qui devraient être transmutées. Mais, quand les Origines sont appelées à créer et à donner la vie, il est impossible d’écarter l’une d’elles sans qu’il en résulte l’autodestruction. Par conséquent, l’humanité ne commencera sa véritable évolution que lorsque les deux Origines seront affirmées dans la vie. Tous les principes qui n’incluent pas la compréhension de la double Origine ne peuvent qu’accroître le manque d’équilibre. L’humanité doit comprendre la loi de l’Aimant Cosmique. On peut grandement aider l’évolution en prenant conscience de la splendeur de la double Origine qui est le fondement de la Vie. » 
   
   Même cette simple vérité n’a pourtant pas encore trouvé sa place dans la conscience de l’être humain ! Les scientifiques – biologistes, chimistes et physiciens – devraient connaître la vérité sur le double Élément, ou polarité, mais ils sont silencieux. Une telle vérité, dans son application la plus sacrée et la plus vitale, est méprisée, et la loi du plus fort domine égoïstement. Le malheur vient du fait que le mental de l’homme est coupé de sa source, la Conscience Cosmique. Bien qu’il fasse partie du Cosmos, l’être humain ne saisit pas encore sa solidarité, son unité avec le Cosmos. Et ses observations des manifestations de la nature ne lui suggèrent aucune analogie. Pourtant, ce n’est que par l’observation et les comparaisons avec la nature humaine qu’il est possible de trouver des clefs à tous les mystères de la vie et, par conséquent, la solution à de nombreux problèmes de la vie quotidienne. Les gens, comme des perroquets, aiment à répéter cette formule ancienne : « Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ! » On dit et répète bien des choses, sans faire réellement attention à leur signification. Les dogmes imposés, les lois humaines et le niveau de vie ont conduit l’humanité à négliger le processus de la pensée. La pensée humaine, à de rares exceptions près, est devenue mécanique. Tout le monde prêche diverses libertés, mais les écoles de pensée les plus opposées s’apparentent sur une chose : elles ont toutes peur de la liberté de pensée !
      C’est pourquoi la femme doit défendre non seulement ses propres droits, mais aussi le droit de penser librement pour l’ensemble de l’humanité ! Grâce au développement de la pensée, nos possibilités s’étendront. Ayons les pensées les plus larges et les plus pures. Il est dit :
      « Un royaume n’est pas composé de personnages royaux et de sujets, mais est créé par des idées cosmiques. Créons nos propres villes, nos pays, nos planètes ! Mais que ces pensées soient créées par le cœur, puisque seule la pensée née du cœur est vivante. Le cœur est le plus grand Aimant Cosmique. Toutes les énergies cosmiques sont attirées par le cœur, qui les assimile. Le cœur manifeste dans la vie toutes les aspirations. Le feu de l’espace est attiré vers le cœur et le processus cosmique tout entier repose sur ce principe. Par conséquent, le Cosmos existe dans l’attraction du cœur. Seules les énergies qui sont fondées sur l’attraction du cœur sont vitales. C’est ainsi qu’à l’infini la chaîne de la vie est forgée par le cœur. »
    
  Avez-vous écouté votre cœur ? Est-ce qu’il bat au rythme du Cœur Parfait qui tous vous étreint ?
     
  C’est avec ces mots que je terminerai cet exposé sur le cœur. Que la femme affirme ce grand symbole qui peut transfigurer la vie tout entière. Puisse-t-elle s’efforcer de transmuter la vie spirituelle de l’humanité.

     Puisse la mère qui donne la vie et la protège devenir également la Mère, celle qui Guide, celle qui Donne Tout et Reçoit Tout. »

(source: http://www.editions3m.com/livre.php?ID=0)

 

Et pour faire bonne mesure, d’un point de vue plus politique et poétique:

Image de prévisualisation YouTube  Image de prévisualisation YouTube

 Gaudius

Publié dans Discussion générale | Pas de Commentaires »

12
 

My review 1st |
Just'in |
Mespetitespensees.com |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Gabyblogusa
| Becomemydream
| Raviromar