La Queste de Sire Olivier de Saint-Omer: 1ère partie

Posté par leblogdegaudius le 18 février 2013

Or donc, il arriva en ce jour du mois de Juin de l’an de grâce 1201 de notre Seigneur Jésus-Christ que le fier et noble bachelier Sire Olivier de Saint-Omer fut victime d’un enchantement et vit disparaître sur le coup ses armes et sa monture, et ce avant d’être armé chevalier. Grandement en fut-il marri et nous, ses fidèles serviteurs en avions également le cœur navré.

Fort heureusement, le ciel veillait sur nous et une nuit, Notre Dame, la bonne Sainte Vierge lui apparut, lui enjoignant de ne pas désespérer et de se rendre diligentement en la bonne ville de Reims. Là, il devrait prouver sa valeur et montrer qu’il serait vraiment digne de devenir chevalier. S’il voulait retrouver ses armes, grandes épreuves devrait-il traverser et grands périls affronter. Et c’est à nous, ses humbles serviteurs, que reviendrait le redoutable privilège de lui être et témoins, et compagnons d’armes pour servir le Grand Œuvre.

 

Ce fut vraiment grand honneur qui nous échut là, et nous nous mîmes en route sans plus tarder, en grand équipage et partîmes rejoindre notre bon sire qui nous avait précédés et qui était parti bien avant. Nous arrivâmes au bord de la ville. Quand il nous vit, il nous fit bon accueil.

- Grand merci à vous, nobles dames et gentils compagnons, fit-il, de m’accompagner dans ma queste. J’ai craint un moment de me retrouver seul et abandonné, mais Notre Dame vous a divinement inspiré en vous envoyant vers moi. Recueillons-nous un moment afin de la remercier et de solliciter son aide tout au long de notre parcours.

Nous nous recueillîmes donc un moment, puis Sire Olivier donna enfin le signal du départ:

- A présent, mettons-nous en route, car le jour s’avance.

 

En arrivant en bordure d’un palais, Sire Olivier aperçut une noble dame couronnée, qu’il salua fort courtoisement:

- Gente princesse, je vous salue. Puisse le ciel vous accorder bonne vie et place en paradis.

- Soyez-en remercié, gentil bachelier, répondit-elle en retour. Est-il quelque chose que je puisse faire pour vous?

- En vérité, madame, un méchant sortilège m’a privé de mon armure et de mes armes avant que je sois à même de servir notre Sire le Roi.

Une vision m’a conduit à vous et m’a assuré que vous pourriez me mettre sur la voie. Au nom de notre Seigneur Jésus Christ, je sollicite votre aide car me voilà dans le plus grand embarras.

- Noble bachelier, vous êtes celui qui devait m’être envoyé et je puis en effet vous aider. Mais avant cela, vous devrez être mis à l’épreuve et prouver votre valeur.

- Gente dame, pour l’amour de notre Seigneur, j’endurerais mille morts. Parlez, et j’obéirai.

- Pour l’heure, vous devrez faire un choix qui engagera votre vie toute entière. Vos compagnons devront également se soumettre à l’épreuve. C’est seulement par la suite que vous pourrez continuer votre chemin. Etes-vous prêt?

- Je suis prêt, affirma-t-il.

 

Elle nous demanda également si nous étions prêts à suivre notre seigneur. Oui-­da, nous étions prêts et nous le criâmes bien haut et bien fort. Alors, la princesse prit une paire d’éperons, ainsi qu’une bourse remplie de pièces d’or,  et les présenta à Sire Olivier.

Celui-ci était bien embarrassé et nous de même. Chacun s’interrogeait et interrogeait son compagnon. L’un était d’avis d’emporter la bourse et l’autre disait que c’était là diablerie et qu’on ne pouvait se fier à si belle figure. Cela donnait ceci :

- Voilà une bourse qui sera fort utile pour nos dépenses!

- Oui, mais n’y a-t-il pas là piège du Malin? Beaucoup se sont gâté l’âme par amour de l’or.

- Que ferait-on de ces éperons? Ce sont eux qui nous donneront à manger?

- Moi, je ne sais pas et j’attends de voir venir.

 

Notre voyage commençait bien! Comment bien conseiller notre bon sire avec des avis aussi contraires? Et la princesse qui lui tendait derechef la bourse et les éperons! Qu’allait faire Sire Olivier? Finalement, après un instant de réflexion, il choisit les éperons.

 

- En vérité, noble bachelier,  vous avez choisi sagement et vous avez fait preuve de discernement. Rares sont ceux qui ont su choisir entre richesse illusoire et richesse vraie. Cette bougette ne vous aurait fait que peu d’usage. Notre Sire le Roi sera bien secondé. Mais il vous faut également de quoi harnacher votre monture. Aussi, je vous prie d’accepter cette lettre de change qui vous permettra de vous fournir auprès de l’armurier royal lui-même.

 

Elle lui tendit un parchemin et reprit :

- Vous pouvez continuer votre chemin, noble sire. Mais auparavant, allez donc remercier Notre Dame la Sainte Vierge en sa cathédrale, qui si bien vous conseilla et vous conseillera bien encore si vous tenez ferme.

- Et ainsi ferai-je, noble Dame. La paix soit avec vous. Mais avant de nous quitter, savez-vous où je pourrai trouver le reste de mes armes?

- Lorsque vous serez à la place du Roi, fit-elle, mystérieuse, un lion vous répondra.

Notre sire la salua respectueusement, puis nous fîmes tous procession pour aller remercier notre bonne Sainte Vierge. Trois fois nous fîmes le tour du dehors, puis trois fois du dedans, en entonnant des cantiques d’allégresse, nous laissant emporter l’âme par l’ambiance mystique de ce lieu sacré.

La Queste de Sire Olivier de Saint-Omer: 1ère partie dans Les histoires de Gaudius nx354xeperon-t18869.jpg.pagespeed.ic_.wvaj2fjwzi

Pendant ce temps là, sur la planète Kree-Peton, ASAHI-RA, épouse du Professeur MARS-EL,  mettait au monde le petit JOR-EL

A suivre…

Publié dans Les histoires de Gaudius | Pas de Commentaire »

Dans la beauté du monde

Posté par leblogdegaudius le 14 février 2013

Je ne peux résister au plaisir de vous présenter la contribution d’un correspondant, Pierrot, et je vous laisse apprécier la beauté de ce texte

DANS LA BEAUTÉ DU MONDE

dans la beauté du monde
dans la beauté du monde
je marcherai

deux âmes sioux m’inondent
deux âmes sioux m’inondent

dans votre beauté du monde
France et Jean-René
je marcherai

suis devenu

un arbre qui marche
parce qu’il relève ses racines

un doux vieillard
qui le soir délasse ses bottines

une belle jeune fille
qui r’trousse sa jupe
parce qu’elle dessine

le bout d’ses doigts
dans la rivière

dejà fini
l’été d’hier

reste le canot de Jean-René
les fruits de France et sa bonté

sur leur galerie
de Notre-Dame de Montaubant

je me prépare pour l’hiver
tel un enfant

car mes deux ames sioux
ont fait de moi
un arbre-fou

comme le canot de Jean-René
sur la rivière Batiscan

comme les fruits de sa belle France
de Notre-Dame de Montauban

je traverserai
l’éternité
en marchant
la neige et le vent

Pierrot
vagabond céleste

http://www.enracontantpierrot.blogspot.com
http://www.reveursequitables.com

sur google,
Simon Gauthier, conteur, video vagabond celeste
http://www.simongauthier.com

merci
Pierrot

Dans la beauté du monde dans Vos contributions terre-282x300

Publié dans Vos contributions | 4 Commentaires »

Danse Macabre et Carnaval des Animaux de Saint Saens

Posté par leblogdegaudius le 13 février 2013

Avec la voix puissante de J-P BIOJOUT

Et les paroles sont de Henri CAZALIS

Zig et zig et zag, la mort en cadence

Frappant une tombe avec son talon,
La mort à minuit joue un air de danse,
Zig et zig et zag, sur son violon.

Le vent d’hiver souffle, et la nuit est sombre,
Des gémissements sortent des tilleuls;
Les squelettes blancs vont à travers l’ombre
Courant et sautant sous leurs grands linceuls,

Zig et zig et zag, chacun se trémousse,
On entend claquer les os des danseurs,
Un couple lascif s’asseoit sur la mousse
Comme pour goûter d’anciennes douceurs.
Zig et zig et zag, la mort continue
De racler sans fin son aigre instrument.
Un voile est tombé! La danseuse est nue!
Son danseur la serre amoureusement.

La dame est, dit-on, marquise ou baronne.
Et le vert galant un pauvre charron -
Horreur! Et voilà qu’elle s’abandonne
Comme si le rustre était un baron!

Zig et zig et zig, quelle sarabande!
Quels cercles de morts se donnant la main!
Zig et zig et zag, on voit dans la bande
Le roi gambader auprès du vilain!

Mais psit! tout à coup on quitte la ronde,
On se pousse, on fuit, le coq a chanté
Oh! La belle nuit pour le pauvre monde!
Et vive la mort et l’égalité!

Dans la même cuvée,  et du même auteur, vous avez aussi « Fossiles » , du Carnaval des Animaux:

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Discussion générale | Pas de Commentaire »

Prières d’AMYR

Posté par leblogdegaudius le 24 janvier 2013

Solitude

Tant que Tu étais encore avec moi,
Je ne savais pas que j’avais besoin de Toi.

Désir

Accordes-moi de toujours Te chercher.
Accordes-moi de toujours Te désirer,
Toi, le Maître d’infinie patience,
L’Ami toujours fidèle.

AMYR

Prières d'AMYR dans Philosophie et spiritualité mains_priere-300x300

Publié dans Philosophie et spiritualité | Pas de Commentaire »

Le jardinier du silence (ou le pourquoi du secret).

Posté par leblogdegaudius le 6 janvier 2013

Les réflexions qui ont nourri les miennes proviennent d’une « planche maçonnique » trouvée sur GADLU infos; « Les états du silence » (*) et de 2 articles de Jeanne GUESDON, « Le silence » et « le jardinier mystique »(**)

Vu de l’extérieur, les sociétés initiatiques semblent étranges, mystérieuses, et les curieux se demandent souvent « mais qu’est ce qui se passe là dedans ? ». D’aucuns diront que quand on n’a rien à se reprocher, on ne cache rien et si les membres gardent le secret sur leur organisation, c’est que c’est sûrement suspect, qu’on complote, qu’on conspire et qu’on trame, et chacun est à l’affût de la moindre fuite, du moindre article, de la moindre information « autorisée » censée révéler les « secrets » et les « mystères » de ces organisations « secrètes » , qui lèvera définitivement le voile sur ces fonctionnements cachés. Pour un peu, on demanderait que les cérémonies se passent en public, presque dans la rue, au vu et au su de tout le monde, comme un office religieux ou pire, comme un spectacle ou un divertissement.

 

C’est oublier un peu vite que ces organisations « secrètes » sont des associations privées, avec un fonctionnement et des statuts propres, qu’elles ne sont pas si « secrètes » puisqu’elles ont pignon sur rue et qu’il suffit de s’informer et de se renseigner, quitte à se lever de son siège et aller à la rencontre des uns et des autres.

 

Mais alors, pourquoi demander le secret à leurs membres si dans le même temps, on s’affiche en public ? En fait, ce qui est demandé dans les sociétés initiatiques, c’est de garder une certaine discrétion sur le mode de fonctionnement, sur les rituels, les symboles et les mots de passe, sur l’appartenance des uns et des autres, bref, de tout ce qui relève de la cuisine interne. Par contre, il n’est pas défendu de parler spiritualité ou philosophie et d’exposer les divers points de vue et opinions sur des sujets variés et qui peuvent éventuellement intéresser quelques chercheurs.

 

Ce n’est pas en vain qu’on demande aux initiables de garder le silence, car c’est s’adonner à une certaine discipline intérieure et celui ou celle qui est capable de tenir sa langue prouve qu’il ou elle est une personne de confiance, qui parle à bon escient, et qui ne se livrera pas à des commérages quelconques.  Garder le silence, entrer dans le silence, même, c’est marquer une forme de respect envers le lieu dans lequel on va entrer, c’est se préparer, se mettre en ordre pour rentrer dans un autre espace, un espace « sacré », et un autre temps (quand ce n’est pas se situer hors du temps). Ce lieu, cet espace sacré, c’est le temple. Avant de pénétrer dans le temple, il faut donc se mettre en ordre, se préparer et on ne peut le faire que dans le silence.

 

Les « profanes » peuvent-ils entrer comme ils le désirent dans le temple, « pour voir » ? C’est possible dans certaines conditions, lors de cérémonies ouvertes et sous la garde vigilante des gardiens afin qu’aucun impair ne se commette. D’ailleurs, instinctivement, beaucoup manifestent un certain respect pour les lieux et si les rituels leur sont encore étrangers, ils en bénéficient tout de même.

 

La seule clé qui peut donner accès au temple est le désir et la sincérité, et une longue recherche mue par un réel intérêt, une aspiration authentique, comme si le fait de ne pas trouver le but nous rendait incomplet et insatisfait. C’est cette quête, venue du plus profond de notre être, qui nous donne accès aux portails du temple et il nous suffit de frapper et de demander notre admission pour que nous soyons admis à franchir le seuil. A ce sujet, on sépare le « sacré » du «profane » et cette dernière appellation s’applique à tous ceux qui ne sont pas « initiés ».  Je verrais plutôt la chose autrement : il y a des indiscrets, des curieux et des « profanes », c’est-à-dire ceux qui se tiennent devant le «fanum » (le terrain consacré). Pour ces derniers, s’ils se tiennent devant le fanum, c’est qu’ils en connaissent l’existence et qu’ils ont déjà un aperçu, qu’ils ont déjà fait quelques recherches et qu’il ne leur manque que de frapper aux portes. Puis il y a les curieux, qui passent devant, qui savent bien que ça existe, mais que finalement, ce n’est pas leur tasse de thé même s’ils admettent que d’autres y entrent. Puis il y a les indiscrets, qui collent leur œil au trou de la serrure et leur oreille contre la porte, mais qui prennent le large si on les invite simplement à entrer.

 

Pour en revenir au sujet du secret et du silence, on ne saisit pas tout de suite l’intérêt de cette discipline, pourtant, elle est nécessaire. Lorsqu’on s’astreint ou qu’on est astreint au silence, on finit par s’intérioriser, et donc, par écouter la voix de notre conscience, notre propre maître intérieur, ainsi qu’à écouter les autres, même leurs silences. C’est donc une étape nécessaire et fondamentale pour développer notre intuition. Ensuite, garder le secret sur les cérémonies et les symboles, c’est leur permettre de faire leur œuvre en nous et de nourrir notre être intérieur, c’est garder nos forces et permettre un certain processus de maturation. C’est permettre que les graines qui sont semées en nous s’enfoncent dans le sol, germent lentement, et arrivent à maturité. Disserter sur ces sujets avec ceux qui ne sont pas concernés, c’est stériliser notre propre terre et celle des autres, c’est jeter les semences aux vautours et c’est casser les outils qui doivent permettre de  cultiver notre propre jardin, laissant de ce fait croître les ronces là où on voulait faire pousser de belles plantes.

 

En revanche, il n’est pas interdit de partager les fruits de notre travail avec qui le veut sincèrement. Secret donc sur les semences, sur les outils, sur la méthode de travail, mais partage de la récolte, en premier lieu avec nos frères et sœurs, bien sûr, puis avec nos amis et nos connaissances, l’un n’est pas antinomique de l’autre. Pas de cachoterie, mais une discrétion de bon aloi, qui laisse l’espace libre, qui n’encombre pas son monde, et qui respecte l’autre (rien n’est plus fatigant qu’un être trop zélé qui, parce qu’il a trouvé ce qui lui correspond, se croit obligé de parler sans discernement de sa découverte et de convertir des gens parfaitement indifférents à ce sujet). Et par la capacité d’écoute que l’initié a pu développer, il est à même d’aider son prochain par des paroles prononcées au bon moment,  par une discussion sereine et dépassionnée ou par des actes significatifs.

 

Vous remarquerez les nombreuses métaphores jardinières employées dans ce message, mais c’est justement qu’on attribue au jardinier des vertus telles que la patience et la persévérance. Or, ces vertus ne peuvent s’épanouir que si nous respectons un certain silence, une certaine qualité de silence, qui n’est pas mutisme, mais plénitude.

Le jardinier du silence (ou le pourquoi du secret). dans Discussion générale 7699424-emoticone-en-signe-de-silence-264x300

(*):http://tolerance-fraternite.net/travaux_individuels/etatsdusilence.pdf

(**): http://fr.calameo.com/read/0003289659cf464e34f55

Gaudius

Publié dans Discussion générale | 3 Commentaires »

Hymme rosicrucien à la fraternité

Posté par leblogdegaudius le 24 décembre 2012

Trouvé aussi sur le blog de Serge Toussaint:

Hymme rosicrucien à la fraternité

 

Fraternité

Dans le monde entier, des milliards d’êtres humains, toutes nationalités et toutes religions confondues, y compris des athées, s’apprêtent à célébrer Noël.

A cette occasion, permettez-moi, au nom de tous les Rose-Croix, de vous souhaiter de très belles fêtes en famille ou entre amis.

Indépendamment  des croyances de chacun, je vous convie à nous unir mentalement si ce n’est spirituellement dans cet « hymne rosicrucien à la fraternité », dédié à toute l’humanité.

HYMNE À LA FRATERNITÉ

Nous n’habitons pas tous dans le même pays
Nous ne sommes pas tous nés au même endroit
Nous n’avons pas tous le même mode de vie
Nous ne dépendons pas tous des mêmes lois

 

Nous n’avons pas tous la même couleur de peau
Nous n’avons pas tous la même hérédité
Nous ne vivons pas tous sous le même drapeau
Nous n’avons pas tous la même nationalité

Nous n’avons pas tous la même apparence
Nous ne parlons pas tous le même langage
Nous n’avons pas tous la même intelligence
Nous n’avons pas tous le même âge

Nous n’avons pas tous le même passé
Nous n’avons pas tous les mêmes souvenirs
Nous n’avons pas tous les mêmes projets
Nous n’avons pas tous le même avenir

Nous ne suivons pas tous la même religion
Nous n’avons pas tous les mêmes idées politiques
Nous n’avons pas tous les mêmes passions
Nous n’aimons pas tous la même musique

Nous n’avons pas tous les mêmes connaissances
Nous ne possédons pas tous les mêmes dons
Nous n’avons pas tous les mêmes compétences
Nous ne pensons pas tous de la même façon

Nous n’avons pas tous les mêmes croyances
Nous ne défendons pas tous les mêmes causes
Nous n’avons pas tous les mêmes espérances
Nous ne rêvons pas tous des mêmes choses

Nous n’avons pas tous la même culture
Nous ne suivons pas tous les mêmes émissions
Nous n’avons pas tous les mêmes lectures
Nous ne fredonnons pas tous les mêmes chansons

Nous n’avons pas tous les mêmes états d’âme
Nous n’avons pas tous les mêmes élans du cœur
Nous ne brûlons pas tous de la même flamme
Nous n’avons pas tous la même idée du bonheur

Mais
Nous sommes tous des enfants de la Terre
Nous sommes tous en quête de Lumière

Nous sommes tous des citoyens du monde
Nous aspirons tous à la paix profonde

Nous sommes tous des cellules de l’humanité
Nous avons tous besoin de fraternité

Alors
Faisons-nous troubadours
Et laissons triompher l’amour…

Serge Toussaint
Grand Maître de l’Ordre de la Rose-Croix

Publié dans Philosophie et spiritualité | Pas de Commentaire »

Un pas de plus

Posté par leblogdegaudius le 21 décembre 2012

Un cadeau merveilleux que m’a fait mon frère Point d’O Etoilé:

En ce premier jour d’hiver, à l’occasion du solstice, c’est un honneur et un plaisir pour moi de partager avec vous ce très beau texte venu du coeur.

Un pas de plus…

Un pas de plus à la rencontre de l’autre,

Un pas de plus à la rencontre de soi,

Cette journée bénie d’hiver qui fut nôtre,

Fit de nous des chercheurs, des rêveurs et des rois.

Tout l’or du mystère est dans cette présence,

Tout l’or de la terre est dans un seul regard

Echangé simplement au cœur du silence,

La nature alentour semblant y prendre part.

Faut-il s’interroger, trouver une cause,

Plutôt que de laisser la vie s’exprimer ?

Au centre de la Croix repose la Rose

Que l’amour fait s’ouvrir et ne peut abîmer.

La lumière est là sur le flambeau de l’Etre,

Flamme rayonnante aux multiples couleurs.

Elle danse de joie, celle de voir naître,

Sous les voiles levés, la vérité du cœur.  

                                                    

                                               Fr. Point d’O Etoilé

Un pas de plus dans Vos contributions 12-lux1-300x225

Publié dans Vos contributions | Pas de Commentaire »

Le 21 décembre: attention, danger… de fou-rire.

Posté par leblogdegaudius le 18 décembre 2012

Des vidéos intéressantes pour ceux qui croient que la fin du monde arrive :

Parce que la connaissance doit remplacer la croyance et la superstition.

Les médias relatent que « des gens » se rendent à Bugarach dans l’hypothétique espoir d’échapper à la mort quand « la fin du monde » arrivera.

Des gens, ça fait combien? Trois, ce sont des gens. Une dizaine, ce sont aussi des gens et une centaine aussi. Alors quoi?

On s’apprête à rire des quelques crédules qui se sont laissés conter.

Dans le même temps, voici ce que le film « 2012″ a engrangé comme bénéfices: 769 millions de dollars américains dans le monde. Plus de 4,6 millions d’entrées  en France.

A ceux qui sont allés voir ce film, avez-vous le droit de condamner ceux qui ont cru à cette fable? Si vous y êtes allés, est ce que d’une certaine façon, ce n’est pas parce que, inconsciemment, vous y adhérez?

A ceux qui se prétendent spiritualistes: croyez vous que parce que c’est votre bon plaisir et que vous y croyez, tout d’un coup, le 21 décembre, vous allez vous transformer en demi-dieux?

Des alignements planétaires, il y en a depuis perpétuité et la Terre poursuit sa course bon an mal an depuis des millions d’années. Nombreux sont celles et ceux qui se sont risqués à prophétiser… avec les résultats qu’on connaît.

Oui, le 22 décembre, on pourra pousser un énorme fou-rire, mais il faudra aussi réfléchir et être déterminé à ne plus s’en laisser conter et même, de boycotter à l’avenir ceux qui tenteront de faire des profits juteux en misant sur les peurs des uns et des autres. Une seule devise valable: « fais ce que doit, advienne que pourra ».

A voir aussi là: http://www.blog-rose-croix.fr/20100611a-propos-de-2012/

Et le 22 décembre…

Le canard était toujours vivant (Robert Lamoureux)

… et nous aussi!

Gaudius

Publié dans Coups de dents | Commentaires fermés

Barbaries

Posté par leblogdegaudius le 14 décembre 2012

Ce matin, au réveil, j’ai entendu quelque chose sur les tortures en Irak, qualifiées de « regrettable » ou quelque chose de ce genre. A ce moment là, Oradour sur Glane, c’est une « boulette de la part des nazis et ce qu’a fait Lindie England, ce sont des gamineries? Et ces enfants morts suite à des mauvais traitements de la part de leurs parents tortionnaires, ils l’avaient cherché?  DE QUI SE MOQUE-T-ON?

Rien ne peut expliquer ni excuser les actes de barbarie et ceux qui s’y livrent ne méritent plus le qualificatif d’être humain. J’estime qu’ils doivent  être bannis de la communauté humaine, mis en quarantaine et leur lieu de résidence doit être signalé, leur identité connue. Je n’ai pas envie de me retrouver voisin d’un barbare qui risque sûrement de récidiver et les quelques bénis-oui-oui qui ont l’excuse et le pardon facile (surtout pour les autres parce quand ça leur arrive…) sont les plus grands complices de ce genre d’atrocité. Appelons un chat un chat, nommons les actes de barbarie par leur nom et les tortionnaires des monstres. Oui, je suis en colère, parce que rien pour moi ne justifie de tels actes et que les coupables et les responsables ne doivent pas échapper à la justice des hommes.

Gaudius

Publié dans Coups de dents | Pas de Commentaire »

Lumière

Posté par leblogdegaudius le 10 décembre 2012

Dans quelques jours, ce sera le solstice d’hiver, qui précède les fêtes de Noël et du Nouvel An. Les jours ont décliné à une vitesse phénoménale, le corps ressent une certaine lassitude et si ce n’étaient les impératifs économiques qui nous poussent à agir, nous rentrerions tous en hibernation.  L’hiver est le temps de l’intériorisation et de la méditation. Dans les rues, les guirlandes illuminent les rues, comme pour nous rappeler inconsciemment que la lumière est toujours là. C’est aussi une époque de fièvre, pas seulement acheteuse, mais de réjouissance, comme si, inconsciemment, nous retrouvions quelque chose de perdu.

 

Au sein de toutes les traditions, on s’apprête à fêter l’année qui se termine, et celle qui commence.

Les passages en italique qui suivent sont empruntés à quelques exposés de rosicruciennes et de rosicruciens, que je remercie pour leur aimable autorisation.

 

Ainsi le solstice de la Saint Jean d’hiver, la fête de Noël, la Fête de la Lumière chez les Rosicruciens ou la Fête de Yeschouah chez les Martinistes reflètent intérieurement le grand mystère du Cosmos à l’homme en quête d’éveil.

 

D’un point de vue astronomique, il faut savoir que

 

… en été, le Soleil se lève proche du nord-est, puis il s’approche de l’est qu’il franchit en automne. Passé l’automne, il se décale de plus en plus vers le sud-est jusqu’en hiver. A ce moment, il va rebrousser chemin pour repartir vers l’est qu’il franchit au printemps puis se dirige vers le nord-est d’où il rebroussera en été, et ainsi de suite. Aux époques, où le Soleil « rebrousse chemin », et ce pendant trois jours, il semble se lever sur le même point d’horizon. C’est le solstice : le «Soleil arrêté » (sol-sistere). Aux solstices, le Soleil se situe sur les cercles tropiques. Et le terme tropique, provient du grec tropos qui signifie demi-tour.

 

De même,… il est admis qu’il faut que le Soleil se situe à – 18° sous l’horizon pour que la nuit soit noire, sinon c’est encore le crépuscule…

 

D’un point de vue astrologique, le 21 décembre signale l’entrée du soleil dans le signe du Capricorne. Le Capricorne est considéré d’un point de vue traditionnel comme « la porte des dieux », la porte de la naissance dans le monde des Esprits (initiation, mort symbolique) ; opposé à son signe contraire, le Cancer, qui est « la porte des hommes », celle de naissance dans le monde physique. La lumière « solaire » (réflexive, rationnelle) laisse place à la lumière « lunaire » (intuitive, analogique). Rappelons le, cette période est propice à l’intériorisation, à la méditation et au recueillement.

 

Mais la période du solstice d’hiver est aussi l’époque des grands Avatars, des différents rédempteurs de l’humanité : Krishna, Horus, Mithra…. et bien sûr,            Jésus-Christ. A la « remontée » de l’âme humaine répond la « descente » d’un principe divin, comme pour un mariage mystique.

 

Que dit la tradition chrétienne ?

 

Selon la Tradition, Saint Jean l’évangéliste est la personnification de la lumière crépusculaire du soir, celle qui embrase le ciel lorsque le soleil vient de disparaître sous l’horizon. Le disciple préféré du maître fut, en effet, le confident de ses enseignements secrets, réservés aux intelligences d’élite des temps futurs. On lui attribue l’apocalypse, qui, sous prétexte de dévoiler les mystères chrétiens, les masque sous des énigmes calculées pour entraîner les esprits perspicaces au-delà des étroitesses du dogme. Aussi est-ce de la tradition johannite que se sont prévalues toutes les écoles mystiques, qui, sous le voile de l’ésotérisme, ont visé ã l’émancipation de la pensée. La doctrine du verbe fait chair, c’est-à-dire de la liaison divine incarnée dans l’humanité, remonte d’ailleurs, ã travers Platon, aux conceptions des anciens hiérophantes.

Ce solstice d’hiver, c’est-à-dire Noël, est la descente du Verbe Divin dans  » les parties inférieures de la terre « , comme dit St Jean, jusqu’au centre obscur de la Nature afin de l’illuminer, car  » Il doit tout remplir « , conformément à la parole de l’Écriture :  « Lux in tenebris lucet, »

Donc, , le moment de ce solstice est un moment qui nous permet de prendre conscience de la présence de l’esprit dans la matière, comme un éclair de lumière dans l’obscurité. Car le passage d’un état à un autre consiste toujours en une mort dans un cycle précédent et une naissance dans le cycle suivant. Ce processus de naissance et mort, mort et renaissance, appelé initiation, a lieu dans le Temple, creuset du voyage intérieur et image symbolique du Cosmos ou du monde manifesté.

 

Le solstice d’hiver est la fête d’une lumière plus subtile, que seule peut révéler une connaissance intérieure,

 

Comme le souligne encore la tradition chrétienne,   » La Lumière luit dans les Ténèbres, les Ténèbres ne peuvent L’atteindre « .

 

Aussi bien d’un point de vue symbolique que d’un point de vue géographique, la Lumière (entendu : spirituelle), issue du Logos, prend naissance au Nord, au plus noir de la nuit comme au plus froid de l’année. Elle n’est perceptible qu’au sein du silence intérieur de qui a su faire un instant taire ses bavardages devant l’ineffable.

 

Du côté « païen » : pourquoi le premier mois de l’année nouvelle est le mois de janvier ?

 

« La dénomination de janvier (“januarius”), mois par lequel s’ouvre l’année, provient du nom du dieu romain Janus (de “janua” qui signifie porte). En tant que dieu du passage d’un cycle à l’autre et, plus généralement, d’un état à un autre, il est habituellement représenté par un visage à double face dont l’une regarde vers le passé et l’autre vers l’avenir. Cependant, entre le passé qui n’est plus et le futur qui n’est point encore, il n’y a de place que pour l’imperceptible présent. Un présent au-delà de l’ordre temporel, où la succession se mue en simultanéité, où toute chose rejoint l’impérissable, l’éternité. Aussi, le vrai visage de Janus, celui de l’éternel présent, est-il invisible. “Maître du triple temps”, Janus est avant tout le “Seigneur de l’éternité”.

Janus, le gardien des portes du cycle annuel, est représenté avec deux clés, ses principaux attributs. Ces portes ne sont autres que les portes solsticiales qui donnent accès aux deux phases du soleil. C’est l’ombre et la lumière;

 

Pour en revenir à la tradition chrétienne, notons que la Crucifixion et l’Ascension ont eu lieu à midi : de « minuit  » à  » midi « , c’est le trajet de la rédemption faisant passer le monde et l’homme des ténèbres à la lumière. La fixation de la fête de Noël au 25 décembre correspond au solstice d’hiver, le point où le soleil, arrivé au plus bas de sa course annuelle, recommence à s’élever dans le ciel ; cette « porte solsticiale  » était appelée dans l’Antiquité, la  » porte des dieux « , nous dit Porphyre, c’est-à-dire le passage par où l’on s’élève aux états supérieurs.

On comprend mieux combien ce symbolisme s’applique merveilleusement au Christ qui est le  » Soleil de justice  » dont la naissance fut saluée comme celle de « l’astre se levant d’En-Haut, pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et l’ombre de la mort, pour diriger nos pas dans la voie de la paix » (St Luc 1, 78-79).^

Si nous prenons donc le temps de méditer sur les aspects philosophiques et spirituels des fêtes de fin d’année, peut-être en feront nous un point de départ pour une certaine quête intérieure ?  Puissent donc les prochains jours vous apporter  joie, régénération intérieure et, selon la formule rosicrucienne consacrée, Paix Profonde.

Lumière dans Discussion générale 01-petite-flamme-185x300

Gaudius

Publié dans Discussion générale | 2 Commentaires »

1...7891011
 

My review 1st |
Just'in |
Mespetitespensees.com |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Gabyblogusa
| Becomemydream
| Raviromar