Lutte contre le gaspillage alimentaire: le rapport GAROT

Posté par leblogdegaudius le 14 avril 2015

Chers amis, chers fratres, chères sorores,

En général, je mets peu d’article à coloration politique dans mon blog. Pourtant, il m’a semblé plus que nécessaire de relayer ici la proposition du député Guillaume GAROT à propos du gaspillage alimentaire. Je suis allé sur son blog et je vous propose ci après d’y aller pour télécharger le rapport parlementaire dont il est l’auteur:

Tous contre le gaspillage alimentaire

Ce blog est le vôtre ! Participez ! lutteantigaspi@gmail.com

J'ai remis cet après-midi à Ségolène Royal et à Stéphane Le Foll le rapport sur la lutte contre le gaspillage alimentaire que vous pouvez télécharger ici : http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport-Gaspillage-alimentaire_cle0ea927.pdf </p><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
<p>Je vous donne rendez-vous très vite pour la suite de nos aventures. Je remercie particulièrement celles et ceux qui ont participé à son élaboration
J’ai remis cet après-midi à Ségolène Royal et à Stéphane Le Foll le rapport sur la lutte contre le gaspillage alimentaire que vous pouvez télécharger ici : http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport-Gaspillage-alimentaire_cle0ea927.pdfJe vous donne rendez-vous très vite pour la suite de nos aventures. Je remercie particulièrement celles et ceux qui ont participé à son élaboration.
N’hésitez pas, soutenez la proposition, faites-la connaître tout autour de vous!
Et également ici:http://alimentation.gouv.fr/gaspillage-alimentaire-campagne
En vous remerciant par avance.
Gaudius
http://alimentation.gouv.fr/IMG/siteon363.png 

Publié dans Discussion générale | Pas de Commentaire »

Projet HOPE 2050

Posté par leblogdegaudius le 12 avril 2015

Je relaie à mon tour cet article trouvé sur le blog du Grand-Maitre, Serge Toussaint
HOPE 2050
2050
Contre toute attente, l’humanité a réussi à assurer sa survie et à préserver son environnement.
Une paix universelle règne enfin. Quels événements, quelles décisions, dans un monde en perdition, ont permis le basculement vers une prise de conscience planétaire ? C’est ce que devront découvrir Océane, Darsha et Even.

LE PROJET
VOS CONTRIBUTIONS
LES MESSAGERS
PARTICIPEZ
LE BLOG
Projet HOPE 2050 dans Discussion générale mainImage_projet___leprojet
SYNOPSIS DE LA SÉRIE
2022.
En quelques mois, soudainement, l’humanité change radicalement de cap. Elle prend enfin les bonnes décisions pour la sauvegarde de son environnement et, par conséquent, pour sa survie. C’est ce qu’on appellera plus tard « le Passage ». 2050.
Partout, les hommes s’appliquent à une vie harmonieuse, naturelle et paisible, guidée par la solidarité, le respect, la spiritualité.
Trois jeunes, Océane, Darsha et Even , sont investis d’une mission par une Force mystérieuse.
Ils doivent découvrir les causes et les origines de cette prise de conscience salvatrice.
À travers leurs vies antérieures, ils plongent dans l’histoire secrète de l’humanité.
Une quête passionnante dans la sagesse des Anciens, dans l’histoire et les origines de l’ésotérisme…

Pour que nul n’oublie.

LE PROJET
HOPE 2050 est un projet original de web-série réellement collaborative.
Le principe : envoyez-nous vos vidéos, vos photos, elles seront intégrées dans la série pour enrichir le fil de l’histoire !
 
Grâce à vos idées, vos messages, vos connaissances, vos énergies, vous aiderez les Messagers à progresser dans leur quête et à découvrir le mystère du Passage.
 
Aidez-nous à enrichir cette aventure hors du commun, à faire de cette série un projet interactif entièrement consacré à l’espoir universel d’une humanité transcendée, fraternelle, solidaire.
 
Envoyez vos témoignages ici, vous serez avertis du lancement du premier épisode. Et participez à la plus grande aventure de tous les temps !

Publié dans Discussion générale | Pas de Commentaire »

Agni Parthene – Valaam Brethren Choir :Hymn for Mother of God of St.Nectarius of Aegina in church-slavonic.

Posté par leblogdegaudius le 22 mars 2015

Une merveille que j’ai trouvée sur le net, à déguster tout doucement dans le silence et le recueillement.

Image de prévisualisation YouTube

Voici les références:

Hymn for Mother of God of St.Nectarius of Aegina in church-slavonic.
St.Sergius & Herman of Valaam church.
Valaam. Russia. 1998.
Album « The Northern Athos ». 1995.
Гимн Божией Матере прп. Нектария Эгинского на церковно-славянском языке.
Храм прпп. Сергия и Германа Валаамских.
Валаам. Россия. 1998 г.
Альбом « Северный Афон ». 1995 г.

M.A.J. du 06 avril 2015:

une autre version toute aussi intéressante:

Image de prévisualisation YouTube

Bonne écoute à toutes et tous!

Gaudius

Publié dans Discussion générale | Pas de Commentaire »

Je hais les haies (Raymond DEVOS)

Posté par leblogdegaudius le 16 mars 2015

Un texte relativement méconnu de Raymond DEVOS que j’ai illustré en musique:

Image de prévisualisation YouTube

Une invitation à nous libérer de nos préjugés.

Bonne écoute à toutes et tous!

Gaudius.

 

Publié dans Vidéos de GAUDIUS | Pas de Commentaire »

Histoire inconnue des hommes depuis (plus de) 100 000 ans. (histoire drôle)

Posté par leblogdegaudius le 7 mars 2015

J’ai retrouvé l’histoire de notre espèce dans certaines « archives ». Ca remonté à loin, il y a très, très, très longtemps. Voilà comment ça s’est passé : à cette époque-là, on vivait en Afrique de l’Est, dans une profonde vallée. Les arbres commençaient à se faire rares et on était de plus en plus souvent obligés de se poser à terre. A cette époque, je faisais partie des « pattes cassées » ; c’était un petit clan d’éclopés qui avaient raté un arbre et qui s’étaient ramassés lamentablement.

 

Plus question de remonter aux arbres, aussi, on s’était trouvé quelques grottes ici et là pour s’abriter pour la nuit. Et puis on s’est organisés comme on a pu, et pendant que les autres continuaient à batifoler dans les branches et à cueillir les meilleurs fruits ; nous, il a bien fallu qu’on se mette à chasser pour se nourrir.

Heureusement, à l’époque, il y avait des shepioks mordorés en grande quantité. (Le shepiok était un petit rongeur à bajoues, de la grosseur d’un chat, qui vivait dans des terriers et qui se nourrissait des restes de ce que laissaient tomber les mastodons). On savait où en trouver, il suffisait de repérer un troupeau de mastodons (ancêtres des éléphants) car là où il y avait des mastodons, il y avait aussi des shepioks.

 

Et puis les années, les siècles et les millénaires ont passé, on s’est adaptés, notre morphologie s’est adaptée, on est devenus un peu plus grands, ce qui nous a obligés à chasser davantage. Le problème, c’est que la végétation devenait rare, et que les mastodons commençaient à prendre le large, et avec eux les shepioks.

 

Que faire ? C’est Bébête, l’idiot du clan qui a eu l’idée :

 

-          « ben, on n’a qu’à les suivre, on verra bien où ils iront et on fera comme eux ».

 

Alors on s’est mis à les suivre. On a marché loin, loin, longtemps, très longtemps. Et puis un jour, on a trouvé un petit coin de paradis. C’était tout vert, plein d’arbres, plein de hautes herbes, de quoi nourrir les mastodons, les shepioks, les équis, les rinos et les capris (qui n’étaient pas tout à fait finis mais ceci est une autre histoire).Ca se situait dans ce qu’on appellerait plus tard l’Europe.

 

Bref, on a prospéré, on s’est fortifiés, tout allait bien mais une nouvelle épreuve se profilait à l’horizon : le froid. Comme il fallait bien se protéger, on a dû apprendre à assembler des peaux ensemble pour se tenir chaud. Il fallait 100 peaux de shepioks pour avoir une protection convenable. La suite, vous vous en doutez : extinction de l’espèce (ou alors c’est qu’ils étaient et sont toujours bien cachés).

 

Que faire ? C’est Bêta, un descendant de Bébête, l’idiot de la tribu, qui a eu l’idée :

 

-          « ben, on n’a qu’à chasser le mastodon ! c’est plus grand qu’un shepiok, il y a plus de viande et avec sa fourrure, on a de quoi tenir longtemps »


Il faut dire qu’à l’époque, à cause du froid, les mastodons, les équis, les rinos, les capris et autres bestioles s’étaient recouverts d’une épaisse fourrure, bien isolante.

Alors on s’est mis à chasser le mastodon, et puis les rinos, et puis les équis et puis les capris et puis les autres. Mais on avait de plus en plus froid et les hivers duraient de plus en plus longtemps. Dans nos grottes, même serrés, on n’arrivait pas à se réchauffer. Les troupeaux s’en allaient ailleurs et les proies se faisaient plus rares.

 

Que faire ? C’est Balour, un descendant de Bêta qui a eu l’idée :

 

-          « ben, on n’a qu’à partir ailleurs ! Je ne sais pas, moi, le sud ?

 

Grande discussion dans la tribu. Certains étaient d’avis d’aller plutôt vers l’ouest, d’autres voulaient rester parce que, parait-il, une autre tribu avait découvert un secret pour avoir bien chaud, et que ce secret, il fallait absolument s’en emparer. Certaines rumeurs disaient qu’il fallait attendre l’orage (ridicule !), d’autres affirmaient qu’il fallait taper sur des cailloux (et puis quoi encore ?) mais ça n’était sûrement destiné qu’à égarer l’adversaire. D’autres, enfin, étaient d’avis de tenter leur chance avec Balour. Finalement, après bien des palabres, on s’est mis d’accord sur un mode d’action. La tribu ne pouvait nourrir tout le monde, aussi, il fallait bien se séparer : un groupe irait à la recherche du secret, un autre suivrait Balour,  un autre irait vers l’ouest et le reste garderait les grottes pour leur retour éventuel. Et ainsi fut fait.

 

Ce fut une chance pour notre espèce, car en restant tous au même endroit, on aurait couru le risque de disparaître de la surface de la terre. Les groupes se sont dispersés, se sont déployés et quand ils ont trouvé un endroit accueillant, ils ont pu prospérer. Un petit incident cependant avec l’équipe de Balour : des dissensions étaient apparues. Il faut dire aussi que Balour manquait bigrement du sens de l’orientation le plus élémentaire, mais comme il était le descendant (dégénéré, il est vrai) des vénérés Bébête et Béta, on l’écoutait respectueusement.

Bref, on se demandait où aller parce que la tribu avait l’impression de tourner en rond. Ce fut Gropif qui se décida à intervenir :

 

-          « moi, je dis que le sud, c’est par là !

-          Et moi, rétorqua Balour, je dis que c’est par là ! Je sais ce que je dis, quand même !

-          Justement, on se le demande.

-          Dis tout de suite que tu veux ma place !

-          Ta place ? Mais tu peux te la garder, ta place ! Pour ce que ça nous sert…

-          Ah oui ? Et bien qu’est-ce que tu as de mieux à proposer ?

-          De me suivre, parce que le sud, moi, je sais où c’est, le sud ! Je le sens, je le sais ! Alors, les gars, tous derrière moi !

-          (la tribu) : Ouais !

-          Et moi, rétorqua, Balour, fils d’Himb et Cil,  descendant des vénérés Bébête et Béta, je vous ordonne de me suivre !

-          (la tribu) : Ouais !

 

La situation était bloquée et on allait bientôt en venir aux mains. Les uns se rangèrent derrière Balour, et les autres derrière Gropif. Mais personne n’osait prendre l’initiative de la bataille et c’est ce qui sauva les 2 groupes. Finalement, la solution s’imposa d’elle-même : puisque la rupture était consommée, il n’y avait plus qu’à se séparer sans autre forme de procès. Et cela fut fait.

 

Le groupe de Gropif parvint, après bien des embûches, à regagner la terre de nos ancêtres, mais cette fois-ci en bifurquant sur la droite au lieu d’aller tout droit, grâce à une intuition du sage Gropif.

Quant au groupe de Balour, on ne sait trop ce qu’il est devenu. A l’heure actuelle, on suppose qu’ils sont encore à la recherche de leurs terres perdues et qu’ils errent quelque part, dans des contrées lointaines et inconnues.

 

Voilà toute l’histoire de notre espèce et je garantis l’(in)authenticité de ce témoignage.

 

Tout ceci pour dire que si l’homme descend du singe, c’est parce qu’un jour, il y a bien longtemps, le singe est descendu de l’arbre.

Evolution

Gaudius

PS: le titre est emprunté à un ouvrage de Robert Charroux.

Publié dans Les histoires de Gaudius | Pas de Commentaire »

Les outils rosicruciens

Posté par leblogdegaudius le 2 mars 2015

Dès le début de son affiliation, toute rosicrucienne et tout rosicrucien reçoit les outils nécessaires afin qu’elle ou il puisse contribuer à l’avancement spirituel de toute l’humanité.Ces outils peuvent se résumer en trois mots: élévation, service, purification.
L’intérêt de la démarche rosicrucienne réside avant tout dans la pratique et l’utilisation des outils mis à la disposition de chaque membre, et non sur l’accumulation d’un savoir basé sur le seul intellect. Les rosicruciennes et les rosicruciens aspirent à développer en eux les vertus de l’âme et à acquérir « l’intelligence du cœur ».

C’est dans cet esprit que j’ai créé cette petite vidéo, que je vous invite à visionner sans modération.

 

Image de prévisualisation YouTube

Bonne écoute à toutes et à tous.

Gaudius

Et pour les versions en langues étrangères, c’est ici:

En langue anglaise:

https://www.youtube.com/watch?v=p7O1m2IsfJ0

en langue espagnole:

https://www.youtube.com/watch?v=f5YQmUXLgGQ

 en langue portugaise:

https://www.youtube.com/watch?v=aUxFnvFiwYU

Publié dans Vidéos de GAUDIUS | Pas de Commentaire »

AMRA ou don, toujours une loi d’amour

Posté par leblogdegaudius le 9 février 2015

« De la gratitude.

Comme les branches de l’arbre renvoient la sève vers les racines d’où il provient, comme le fleuve se jette dans la mer qui alimente sa source, de même, le cœur de l’homme compatissant se plaît à rendre le bienfait reçu.

Il reconnaît volontiers ses obligations, il regarde son bienfaiteur avec amour et estime.

Et s’il ne peut rendre ce qu’il a reçu, il en conserve la mémoire en son cœur avec bonté, il ne l’oublie pas tout au long des jours de sa vie. »

 

Tiré de « C’est à toi que je confie », révisé par Sri Ramatherio, collection Diffusion Rosicrucienne (LIVRE SIXIEME, Chapitre IV).

 

Dès le début de son affiliation, le rosicrucien entend parler de « la loi d’AMRA ». La loi d’AMRA est, en fait, l’expression de notre gratitude lors d’un bienfait reçu, d’un souhait exaucé ou d’une aide apportée au bon moment.  Elle n’est en aucun cas une obligation, sauf peut-être morale si on a un peu d’intégrité et si on n’est pas trop égocentrique. On peut confondre l’AMRA avec un don, bien que dans les 2 cas, c’est toujours l’amour qui dicte nos actions. Dans le second cas, nous ne nous sentons pas forcément « l’obligé de » mais, souvent guidés par notre maître intérieur, nous voulons contribuer à soulager un peu de misère autour de nous, et à aider des gens dans le besoin, directement ou indirectement. Dans le premier cas, c’est d’une dette dont nous nous acquittons.

 

Un don peut-il fait dans l’esprit de la loi d’AMRA ? Oui, bien sûr. Don de sa personne, notamment dans diverses associations qui soulagent aussi bien les besoins matériels que les besoins moraux (et le choix ne manque pas !), don de biens matériels (du linge, de l’électroménager, de la vaisselle, des meubles… bref, tout ce qui serait utile à ceux qui en sont dépourvus) , don d’argent (idem), tout cela, pas parce qu’on a honte d’être un peu mieux loti que les autres, ou qu’on espère un bienfait futur (une sorte d’ « investissement », en quelque sorte), mais parce qu’on se sent redevable de quelque chose et qu’on a – enfin – l’occasion de rendre quelque bienfait en retour, qu’on veut « rembourser sa dette », en quelque sorte.

 

Prenons un exemple : lors de collecte de biens par des associations, ou parce que l’occasion nous en est donnée, par exemple pour tout ce qui est denrées alimentaires ou produits d’hygiène (à ne pas négliger !), nous pouvons nous dire : « «enfin il m’est donné l’occasion de rendre un peu des bienfaits que j’ai reçus à ceux qui en ont besoin ». Avec joie, avec gratitude, nous chargeons ce que nous mettons de côté pour ceux qui en ont besoin de nos plus belles pensées. Nous demandons alors au Dieu de nos cœurs de bénir ces denrées et ces fournitures à destination de ceux qui en ont besoin afin qu’elles leur soient profitables sur tous les plans. Libres, d’un cœur joyeux et léger, nous laissons à ceux qui en sont chargés le soin d’acheminer à leurs destinataires ces bienfaits avec confiance, car ils produiront sans aucun doute leurs effets. Et cela, en toute discrétion, en toute impersonnalité, sans aucun souci d’être remercié. Au contraire, c’est nous qui remercions. Devrais-je mentionner, de surcroît, le travail que nous avons, en tant que rosicruciens, à accomplir dans le cadre du « Comité Silencieux » ? La réponse se trouve dans le premier envoi que nous avons reçu au début de notre affiliation.

 

J’avais ouvert mon message avec une citation, je le clos avec une autre :

 

« Quand tu te lèves le matin, remercie pour la lumière du jour, pour ta vie et ta force. Remercie pour la nourriture et le bonheur de vivre.

Si tu ne vois pas de raison de remercier, la faute repose en toi-même. »

 

Auteur : Tecumseh, chef Shawnee.

http://www.dreamstime.com/-image22270381

Gaudius

Publié dans Philosophie et spiritualité | Pas de Commentaire »

A propos des événements tragiques survenus en France début janvier 2015: un appel de Serge TOUSSAINT, Grand-Maître de l’AMORC

Posté par leblogdegaudius le 19 janvier 2015

A propos des événements tragiques survenus en France début janvier 2015

 

De nombreux membres et amis de l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix nous ayant demandé sa position sur les drames qui ont eu lieu en France début janvier (attentats terroristes à Paris), il nous a semblé utile de remettre dans l’actualité des textes publiés au cours des mois et des années passés sous l’égide de l’A.M.O.R.C. Nous pensons en effet que ces textes rosicruciens sont en eux-mêmes une invitation à favoriser le «Vivre ensemble» et à œuvrer à l’instauration d’un monde plus humaniste et plus fraternel :

A propos des événements tragiques survenus en France début janvier 2015: un appel de Serge TOUSSAINT, Grand-Maître de l'AMORC dans Evénements fleche_suite Contribution rosicrucienne à la paix (30 mai 1997)

fleche_suite dans Evénements Déclaration rosicrucienne des devoirs de l’homme (21 septembre 2005)

fleche_suite Appel à la tolérance (1er septembre 2010)

fleche_suite Appel à la non-violence (1er juillet 2011)

fleche_suite Hymne à la fraternité – Clip vidéo (25 décembre 2012)

fleche_suite L’éducation / Sauvegarde de l’humanité (août 2014)

fleche_suite Lettre ouverte aux croyants (13 décembre 2014)

fleche_suiteCharte des citoyens du monde (8 janvier 2015).

 

Charte-des-citoyens-du-monde-248

 

Publié dans Evénements | Pas de Commentaire »

La plume, l’épée et les pisse-vinaigre

Posté par leblogdegaudius le 12 janvier 2015

Je vais me permettre d’emprunter cette chronique à Mediapart :

La plume, toujours, sera plus forte que l’épée

07 janvier 2015 |  Par Bertrand ROUZIES

Dieu est mort, par la faute de la connerie humaine, qui se multiplie plus vite que Ses prophètes. L’idolâtrie du sang est une facilité que la brute se donne pour n’avoir pas à aimer Dieu de tout son cœur. Seul un cœur atrophié ôte la vie d’un cœur qui bat. Plaignons ces vivants-morts qui larronnent les vies que leur Dieu a créées et croient que leur Prophète se nourrit d’une telle moisson. Ils se sont retranchés de la communauté des hommes. Il n’est pas besoin de souhaiter leur mort ; ils le sont déjà. Que le néant leur vienne en aide.  

« Il n’y a que Dieu qui ait le droit de tuer son semblable », disait Labiche.

La plume, toujours, sera plus forte que l’épée, car la plume s’envole où l’épée s’abat. Un homme de plume meurt son âme à la main.

Where is Charlie ? À l’heure qu’il est, partout en France, un peu partout dans le monde. Et nos coeurs sont ses prophètes.

« Allah est grand ! »

- Allah est tellement grand que vous ne L’avez pas vu.

« Nous avons vengé le Prophète ! »

- Pour le profit de qui, pauvres dupes ?

« On a tué Charlie Hebdo ! »

- Charlie vous emmerde. Signé : les 72 vierges du paradis.

Lien :

 http://blogs.mediapart.fr/blog/bertrand-rouzies/070115/la-plume-toujours-sera-plus-forte-que-lepee

Depuis, les responsables de ces massacres, tant à Charlie Hebdo qu’à l’Hypermarché casher ont trouvé la mort. Leurs victimes en ont-elles été vengées pour autant ?

En fait, c’est la marche citoyenne du 11 janvier qui les a définitivement consacrées. Et par pratiquement le monde entier. Fini le « french bashing », du moins provisoirement. A la place, un immense esprit de solidarité, une solidarité qui a fait chaud au cœur. Ce qu’il y a de plus élevé dans l’être humain s’est élevé contre ce qui tend à l’amoindrir, à le réduire, à l’anéantir. « Je suis Charlie », c’est-à-dire que j’ai la liberté et le privilège de tourner en dérision toute institution, toute organisation, toute doctrine et toute idole que je juge ridicule, voire  même potentiellement dangereuses pour les libertés ou la dignité humaine. Les politiques s’étaient mis en retrait pour laisser les citoyens s’exprimer en premier, et bien leur en a pris. Leur rôle reprendra dans les jours qui suivent. 

Bien sûr, il s’est trouvé des esprits chagrins qui, tout en déplorant ce qui s’est passé, pleins de compassion envers les victimes, se sont demandés si, par hasard, les dessinateurs de Charlie Hebdo « ne l’avaient pas un peu cherché ».  Pour un peu, on croirait entendre « bien fait pour eux ! » Des petits imbéciles ne s’en sont d’ailleurs pas privé. Mais au nom d’un dessin, doit-on tuer ?

Si « la plume est plus forte que l’épée », alors ceux qui se sentent lésés doivent combattre la plume avec la plume et l’épée avec l’épée.  En ce qui concerne l’épée, c’est le rôle de l’exécutif.  Pour la plume, cela demande d’autre talents, d’autres facultés d’intelligence, d’esprit, d’humour et de drôlerie.

Vu de loin, Charlie Hebdo m’apparaissait comme une bande de vieux garnements, des chenapans, des têtes à claque qui prenaient plaisir à choquer les esprits guindés, les institutions, les pouvoirs quels qu’ils soient. Des anciens combattants des barricades de mai 68, libertaires, peut-être continuateurs d’un certain esprit d’irrévérence, propre à dégonfler les égos surdimensionnés des puissants, une sorte de consolation des humbles et une sorte de garde-fou contre les excès de tout pouvoir. Je ne connaissais comme dessinateur que Cabu, par le Grand Duduche, le « Beau’f » et son pamphlet « A bas toutes les armées ». Pour les autres, à part le nom, je ne peux pas dire que je les connais parce que je les ai lus. Je ne les ai pas lus. Les morts : Siné, Cavanna, Choron, Reiser… inconnus célèbres. (Sauf pour Cavannna : un seul roman. C’est peu.). Mais passons.

Ma seule impression vis-à-vis de ces personnes : «la déconnade, la poilade, le f… de g… » Rien qui ne justifie une violence quelconque. Des gens qui ne sont pas de ma génération mais qui ont sûrement dû en voir pour tenir autant à la « liberté de blâmer », dont « les sottises imprimées » n’avaient « d’importance qu’au lieu où elles en  « gênaient « le cours » et dont « les petits écrits » ne gênaient que des « petits hommes ». 

Mais quoi ! Les satires, les caricatures, les pamphlets ont toujours eu cours, et cela à des époques où il était bien plus dangereux de les publier. Les pouvoirs en place ne s’en sont pas si mal portés, ils s’en sont accommodés  et seuls les ridicules et les petits dictateurs avaient des raisons de trembler. Les citoyens ont toujours su faire la différence entre l’humour, même vache, même de mauvais goût, et même scatologique, et la haine, même grimée sous des oripeaux de « vitriol » par des « humoristes » qui suintent l’odieux le reptilien par tous les pores. Parce que pour faire de l’humour, il faut une sacrée dose d’amour du prochain, de sa dignité et de sa liberté d’agir et de penser, ce que des esprits primaires, des décérébrés fanatisés et réduits à l’état de robot, des individus qui ne sont plus que « des idées en marche » n’auront jamais.

Oui, la marche citoyenne du 11 janvier a été belle, elle a permis de voir que l’être humain peut se mobiliser pour des causes dignes de lui, elle a permis de refuser de trembler, de continuer à se tenir debout et à refuser la barbarie. Vive la fraternité des hommes. Et m… à tous les pisse-vinaigre !

2510229-manifestation-charlie-hebdo-rassemblement-a-paris-les-images-de-la-marche

Gaudius

Publié dans Coups de dents | Pas de Commentaire »

Les anges de Charlie (Hebdo) – Hommage

Posté par leblogdegaudius le 7 janvier 2015

VOUS ETES A JAMAIS PLUS GRANDS ET PLUS FORTS QUE CES SALAUDS. RESPECT TOTAL, LES GARS!

220px-2011-11-02_Incendie_à_Charlie_Hebdo_-_Charb_-_06220px-2011-11-02_Incendie_à_Charlie_Hebdo_-_Tignous_-_01220px-CABU_AOUT_2012220px-Salon_du_livre_de_Paris_2011_-_Georges_Wolinski_-_00720090111113610!Charlie_HebdoJe suis Charlie

 

LIENS VERS CHARLIE HEBDO:

http://www.charliehebdo.fr/index.html

https://www.facebook.com/pages/Charlie-Hebdo-Officiel/106626879360459

https://www.facebook.com/pages/Je-suis-Charlie/759873537399013

 DE TOUT COEUR AVEC TOUTE L’EQUIPE

Gaudius

Additif du 07/01/2015 à 23 h 50 :

Que je voudrais bien tenir un de ces puissants de quatre jours, si légers sur le mal qu’ils ordonnent, quand une bonne disgrâce a cuvé son orgueil ! Je lui dirais… que les sottises imprimées n’ont d’importance qu’aux lieux où l’on en gêne le cours ; que sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur ; et qu’il n’y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits.

  • « Le Mariage de Figaro », Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, dans XVIIIe siècle (1970), André Lagarde et Laurent Michard, éd. Bordas, 1985 (ISBN 18346S), acte V, scène 3, p. 400 (texte intégral sur Wikisource)

 

Pourvu que je ne parle ni de l’autorité, ni du culte, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l’Opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement, sous l’inspection de deux ou trois censeurs.

  • Le Mariage de Figaro (1970), Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, éd. Librio, 2004, acte V, scène 3, p. 8

Voici la liste des victimes :
– Jean Cabut, dit « Cabu », 76 ans.
– Stéphane Charbonnier, dit « Charb », 47 ans.
– Philippe Honoré, dit « Honoré », 73 ans.
– Bernard Verlhac, dit « Tignous », 57 ans.
– Georges Wolinski, dit « Wolinski », 80 ans.
– Bernard Maris, « Oncle Bernard », 68 ans.
– Elsa Cayat, 54 ans.
– Mustapha Ourrad, correcteur de Charlie Hebdo.
– Michel Renaud, 69 ans.
– Frédéric Boisseau, 42 ans.
– Franck Brinsolaro, 49 ans.
– Ahmed Merabet, 42 ans.

(SOURCE: http://www.leparisien.fr/charlie-hebdo/interactif-charlie-hebdo-le-memorial-des-victimes-08-01-2015-4429517.php)

ET POUR LES IMMORTALISER:

http://bullies.b.u.pic.centerblog.net/8ea3d289.gif

(trouvé sur ce site: http://bullies.centerblog.net/rub-bougies-gifs-animes–8.html)

Publié dans Evénements | Pas de Commentaire »

12345...11
 

My review 1st |
Just'in |
Mespetitespensees.com |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Gabyblogusa
| Becomemydream
| Raviromar