• Accueil
  • > Evénements
  • > Comment combattre la violence ? – un texte de Serge TOUSSAINT, Grand-Maître de l’AMORC

Comment combattre la violence ? – un texte de Serge TOUSSAINT, Grand-Maître de l’AMORC

Posté par leblogdegaudius le 20 novembre 2015

« Pour combattre la violence, il faut en connaître les causes.

Bien qu’elles soient multiples, vous noterez qu’elles se situent à deux niveaux majeurs. Le premier niveau correspond à l’individu lui-même, c’est-à-dire à ce qu’il est en tant qu’être humain. C’est ainsi que certaines personnes, en raison de leur caractère, de leur tempérament et de leur niveau d’évolution, sont plus violentes que d’autres ou cèdent plus facilement à la violence. Elles s’énervent rapidement et deviennent vite agressives lorsqu’elles sont contrariées ou confrontées à une situation qui les irrite ou les perturbe.

Cela dit, la violence prend également sa source dans des causes plutôt extérieures à l’individu. Il arrive en effet que des personnes non violentes de nature en viennent à faire preuve de violence dans des conditions qui les exaspèrent ou qui heurtent leur sensibilité profonde : misère sociale, sentiment d’injustice, impression d’insécurité, etc. Lorsque ces deux causes majeures de violence sont réunies, à savoir un individu de tempérament violent soumis à une situation qui est par elle-même génératrice de violence, celle-ci atteint son paroxysme, avec tous les effets destructeurs qui en découlent. C’est alors l’engrenage d’un processus qui s’auto-alimente aussi longtemps que rien n’est fait pour y mettre fin.

De ce qui précède, il en résulte que pour combattre la violence, il faut agir au niveau de l’individu lui-même et au niveau de la société. Le premier niveau d’action pose tout le problème de l’éducation, laquelle est en perdition depuis trop longtemps. L’idéal en la matière serait que les parents et les adultes en général se fassent un devoir d’inculquer la non-violence aux enfants. Cela suppose qu’eux-mêmes leur donnent l’exemple dans ce domaine en s’efforçant, entre autres, d’être paisibles intérieurement, de parler calmement, d’agir avec sérénité, et naturellement en condamnant la violence sous toutes ses formes. Pour ce qui est de la société en général, il s’agit de faire en sorte qu’elle n’incite pas à être violent. Cela implique, certes de lutter contre la misère sociale, le sentiment d’injustice, l’impression d’insécurité, etc., mais également de mettre un terme à la violence gratuite qui s’affiche continuellement sur les écrans de cinéma, de télévision et de jeux vidéo.

Il me semble en effet que la cause majeure de la violence est la violence elle-même, car elle l’entretient chez les personnes qui ont un tempérament violent et la développe chez celles qui sont a priori non violentes. Parallèlement à ces mesures préventives, il me semble indispensable de sanctionner tous les actes de violence avec humanisme et à la mesure de leurs conséquences. À cet égard, l’impunité est un non-sens, car elle est une dérogation humaine à une loi divine, en l’occurrence le karma.

Le meilleur moyen de combattre la violence est donc d’éveiller cette vertu qu’est la non-violence, et ce, dans nos pensées, dans nos paroles et dans nos actions. Cela suppose d’apprendre à maîtriser toute impulsion d’agressivité, si possible dès qu’elle se manifeste dans notre conscience. À cet effet, le mieux est d’utiliser notre volonté pour remplacer cette impulsion négative par une pensée ou une émotion positive, jusqu’à ce que nous ayons retrouvé notre calme intérieur. Par ailleurs, lorsque nous sommes confrontés à une situation où une autre personne est agressive à notre encontre ou à l’encontre d’un tiers, nous devons éviter de créer un rapport de forces avec elle, et même tout faire pour apaiser les choses. Cela exige naturellement un certain effort et une certaine diplomatie, mais l’enjeu en vaut la peine.

D’une manière générale, tout citoyen responsable devrait favoriser le dialogue et privilégier l’harmonie dans ses relations avec autrui, afin d’être un agent de non-violence et par là même un vecteur de paix sociale. En cela, les Rosicruciens ont toujours été convaincus que c’est dans l’évolution et non la révolution que se situent les fondements du progrès humain.

Serge Toussaint »

 

L’attentat au Mali, qu fait suite aux attentats de Paris, m’a amené à poster cet article de notre Grand-Maître, Frater Serge Toussaint, et qui porte sur la violence en général. Un texte capital, à mon sens, et qui donne le point de départ :la paix commence par soi; par l ‘individu, par l’éducation. Mais nous pouvons faire plus car en tant que mystiques rosicruciens, nous avons des outils à notre disposition. Après la légitime colère que nous pouvons éprouver, dans l’instant, face à ces attentats spectaculaires, nous pouvons aussi oeuvrer dans la durée en utilisant les outils mis à notre disposition dans nos enseignements. Je n’aurai pas l’orgueil de dire que ces outils sont notre propriété exclusive car d’autres traditions ont également les leurs et travaillent aussi au quotidien. Ce soutien et cette compassion que nous apportons aux victimes des attentats peut et doit aussi s’étendre à TOUTES les victimes de violence et de barbarie partout dans le monde: enfants exploités ou violés, femmes battues, vieillards maltraités, animaux martyrisés… Pour toute victime apaisée, soulagée et rétablie, toute larme essuyée, tout individu violent qui décide de se réformer, tout terroriste qui renonce à la violence , c’est un pas de plus vers la paix profonde et un petit peu plus de lumière qui brille dans le monde. Les moyens d’agir ne manquent pas non plus et chacun peut se joindre à telle ou telle association selon sa nature et ses possibilités. L’essentiel, c’est de ne pas rester dans l’émotion, mais d’agir à tous les niveaux possibles. Et tant pis si ça ne plait pas à certains esprits chagrins. Mieux vaut être un « naïf » qu’un cynique.

Ce sont ces mêmes « naïfs »  qui, ce soir, à Paris, se refusent à se laisser aller à la morosité et qui veulent, coûte que coûte, que la vie continue. Chants, prières, hommages, manifestations de toute sorte, célébration de la vie…  ces « naïfs » génèrent en vérité des formes-pensées très positives, propres à nettoyer un peu cette atmosphère lourde. L’espérance renaît malgré tout, et elle est un défi face à ces porteurs de mort.

meditation-pour-la-paix

Gaudius

Laisser un commentaire

 

My review 1st |
Just'in |
Mespetitespensees.com |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Gabyblogusa
| Becomemydream
| Raviromar