Le visage de Dieu

Posté par leblogdegaudius le 25 mai 2015

Un brave homme se désespérait, en voyant l’état du monde et les misères des hommes. Plein de colère, il s’adressait à Dieu en lui reprochant de ne rien faire et d’être indifférent à la souffrance de ses créatures.

-          Mais parles ! Montres-toi ! Si tu existes, manifeste-toi, fais quelque chose !

Il se demandait comment un Dieu de toute bonté, de toute pureté, de toute éternité, comment un Dieu que certains avaient rencontré et qui, selon leurs dires, était Vie, Lumière et Amour, comment un Dieu comme cela pouvait laisser faire les choses et ne pas intervenir pour sauver ses enfants puisque, selon les livres sacrés, il était un père aimant pour eux.

Il l’avait cherché partout, dans tous les sanctuaires et dans tous les cultes, dans tous les écrits et toutes les œuvres qui parlaient de Lui, mais hélas sans succès. L’homme ne restait toutefois pas inactif, et il faisait de son mieux pour aider son prochain comme il le pouvait, mais il regrettait de ne pouvoir faire davantage et, parfois, il se décourageait et pleurait amèrement, non sur lui, mais sur ses frères humains. A l’instar du grand Jacques BREL, il « avait mal aux autres ».

Or, il advint qu’un jour, il fit un rêve étrange. Il rêvait qu’il était mort, et qu’il arrivait en présence de Dieu lui-même. Instantanément, il en fut purifié et il sentit une grande paix l’envahir. Enfin, il se trouvait devant le Créateur lui-même ! Se souvenant de ce qu’il avait laissé derrière lui, il osa regarder Dieu en face et, fermement, mais sans plus aucune colère, il lui fit ses remontrances. Et Dieu lui répondit en ces termes :

-          Vois-tu, mon enfant, Je n’ai pas de pieds pour parcourir la terre entière. Je n’ai pas de mains pour les tendre à qui le voudra. Je n’ai pas de jambes pour accourir vers les affligés, Je n’ai pas de bras pour aider le pécheur à se relever ou pour consoler les désespérés, Je n’ai rien. Je ne suis qu’un visage.

Depuis l’éternité, j’attends que des êtres suffisamment forts et résolus osent se présenter devant Moi. Et tu es venu. Alors je te propose un marché : prêtes-Moi tes mains et prêtes-Moi tes pieds, prêtes-Moi tes bras et prêtes-Moi tes jambes, prêtes-Moi ton souffle et prêtes-Moi ton cœur, et je te prêterai Mon visage.

Et l’homme accepta.

Pendant ce même temps, d’autres gens faisaient le même rêve et acceptaient le même marché.

http://www.cotemaison.fr/medias/385/197304_miroir-ludique-pour-reflet-deco.jpg

Gaudius

Attention! Ne pas confondre avec l’ouvrage des frères Bogdanov. Ceci n ‘est qu’un conte et non un ouvrage de réflexion. Je n’ai pas voulu concurrencer les auteurs de l’ouvrage qui porte le même  titre.

Laisser un commentaire

 

My review 1st |
Just'in |
Mespetitespensees.com |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Gabyblogusa
| Becomemydream
| Raviromar