• Accueil
  • > Archives pour octobre 2013

Mèsi Bondyé (Merci Bon Dieu) – interprétation Harry Belafonte

Posté par leblogdegaudius le 22 octobre 2013

Connaissez-vous Harry Belafonte?  Et connaissez-vous cette très belle chanson? Un ancien m’avait fait écouter une compilation de ses meilleurs titres. J’ai retenu celle-ci, entre autre, mais je n’en connaissais pas la signification. Heureusement est venu Internet et j’ai pu en trouver l’origine sur ce site:

http://www.afrikara.com/index.php?page=contenu&art=583

Je laisse l’auteur de cet article vous en parler:

Mèsi Bondyé : Classique de la musique haïtienne signé du regretté Casseus 
29/06/2005

Mésy Bondyé, autrement connu comme Merci bon Dieu est un des classiques de musique haïtienne qui a le plus et le mieux voyagé, rappelant au monde le destin unique de ce pays d’Africains et de Descendants d’Africains. Ecrit par l’émérite guitariste haïtien Frantz Casseus [1915-1993], précurseur d’un syncrétisme fécond entre musique vaudou et musique classique, laquelle musique classique s’était introduite dans la chanson haïtienne par l’influence grégorienne apportée par le catholicisme, cet air-prière témoigne d’un rapport à l’Au-delà permanent dans la culture haïtienne.

Cet aspect de la culture haïtienne ne dépayserait pas beaucoup d’Africains du continent. Autant habitués aux fresques orales des griots qu’aux chants populaires dédiés à l’immensité du cosmos, aux signes célestes, aux récoltes et à leurs facilitateurs, pluies, soleil, ancêtres, les Africains et leurs Descendants des Caraïbes ont toujours réservé à Mèsi Bondyé  un succès mémorable.

Afrikara.com vous propose une traduction de ces paroles belles de simplicité, de dévotion, d’humble abandon et de gratitude envers la providence, divine pourvoyeuse, ultime nourricière. Cette traduction est empruntée pour l’essentiel à Alfred Largange.            

Grâce à Frantz Casseus, Harry Belafonte popularisa cette inoubliable chanson dans les années 50. Elle fut aussi reprise avec écho par le trumpetiste sud-africain Hugh Masekela.


Mèsi Bondyé, gadé tou sa lanati poté pou nou
Mèsi Bondyé, gadé kouman lamizè fini pou nou

Mèsi Bondyé, gadé tou sa lanati poté pou nou
Mèsi Bondyé, gadé kouman lamizè fini pou nou

Merci Mon Dieu pour tout ce que la nature nous a apporté [litt : regardez ce que la nature nous a apporté]
Merci Mon Dieu, notre misère est fini [
litt : regardez comment la misère est finie pour nous]

 

Lapli tonbé, mayi pousé
Tou timoun ki grangou p’ralé manjé

La pluie est tombée, le maïs a poussé
Les enfants affamés pourront manger [Grangou : du vieux français "J'ai grand goût"]

 

Annou dansé mambo, annou dansé Pétro
Papa Bondyé ki nan syèl, lamizè fini pou nou

Dansons le mambo, dansons le Pétro [le mambo est un rythme d'origine latine, le pétro est un style musical associé a un rite vaudou]
Papa Bon dieu qui est dans le ciel, la misère est finie pour nous.

 

Mizè ya fini pou nou
Mizè ya fini pou nou
Mizè ya fini pou nou
Mizè nou fini

 

la misère est fini pour nous [litt : regardez comment la misère est finie pour nous]

Mèsi Bondyé, gadé tou sa lanati poté pou nou
Mèsi Bondyé, gadé kouman lamizè fini pou nou

Mèsi Bondyé, gadé tou sa lanati poté pou nou
Mèsi Bondyé, gadé kouman lamizè fini pou nou

Lapli tonbé, mayi pousé
Tou timoun ki grangou p’ralé manjé

Annou dansé mambo, annou dansé Pétro
Papa Bondyé ki nan syèl, lamizè fini pou nou

Mizè ya fini pou nou
Mizè ya fini pou nou
Mizè ya fini pou nou
Mizè ya fini pou nou
Mizè nou fini

Et maintenant, laissez vous bercer par la voix chaude et profonde de ce grand monsieur, Harry Belafonte. Bonne écoute!

Publié dans Discussion générale | Pas de Commentaire »

Les fantômes, ou les âmes errantes

Posté par leblogdegaudius le 19 octobre 2013

Chacun s’interroge peu ou prou sur l’après-vie, sur l’au-delà, bref, sur ce qui se passe après la mort. Certains disent qu’il n’y a rien, et que le reste est spéculation, d’autres croient, affirment même qu’il y a « quelque chose ».

D’un point de vue rosicrucien, l’homme étant « double en sa nature et triple en sa manifestation », c’est à dire âme, corps physique et corps psychique qui résulte de l’union de ces 2 « corps », lorsque vient le moment de la mort, après, l’âme et le corps psychique se séparent du corps physique dans un premier temps. Dans un second temps, l’âme se sépare du corps psychique, qui se dissout peu à peu, et continue son ascension vers le plan de conscience qui lui est propre.

Il peut arriver, néanmoins, que des âmes s’attardent dans ce « passage », par attachement à la terre, par refus de la mort, généralement des âmes peu évoluées ou excessivement matérialistes. Elles essaient de se manifester par tous les moyens, soit qu’elles cherchent une « issue de secours », soit qu’elles veulent revivre ce qu’elles ont vécu. Certaines peuvent se manifester aussi lors de séances de spiritisme ou à des personnes extrêmement sensibles et se faire passer pour ce qu’elles ne sont pas, des êtres de lumière, des saints, des maîtres, etc… C’est pour cette raison que l’AMORC déconseille fortement le spiritisme, comme l’atteste cet extrait de « Questions et réponses »:

Avant de répondre à cette question, il faut d’abord préciser qu’il existe deux grands courants spirites :

— le premier nie la réincarnation et enseigne que l’“esprit” des défunts rejoint le monde spirituel après la mort et y demeure pour l’éternité. En vertu de ce principe, les partisans de ce courant spirite considèrent que l’on peut, par des évocations collectives ou par l’intermédiaire d’un médium, contacter l’“esprit” de personnes ayant vécu il y a plusieurs siècles. Si l’on croit à la réincarnation, cela n’est pas possible, car ces “esprits” se sont réincarnés depuis. Il ne peut donc s’agir de Jules César, Cléopâtre, Louis XVI, Marie-Antoinette, etc. Ajoutons qu’il est curieux de constater que les contacts ainsi établis le sont toujours avec des personnages très illustres. C’est à croire que les millions d’autres personnes n’ont pas d’“esprit” ou qu’elles se refusent à tout contact.

— le deuxième courant spirite admet la réincarnation et enseigne que les pratiques spirites permettent de contacter l’“esprit” de tous ceux qui sont dans l’attente de se réincarner. Dans le principe, une telle possibilité existe, mais la plupart du temps, les “esprits” contactés sont des entités peu évoluées qui restent très attachées à la Terre et qui occupent les plans les plus bas dans l’invisible. De ce fait, ils se prêtent volontiers à ce genre de pratiques, car cela leur permet de maintenir un certain contact avec le plan terrestre. Le problème, c’est que de tels “esprits”, en raison de leur manque d’évolution, n’hésitent pas à mentir, à tromper et à se faire passer pour des “esprits” beaucoup plus célèbres.

En règle générale, l’A.M.O.R.C. déconseille fortement le spiritisme. En dernière analyse, les pratiques spirites n’apportent rien d’authentique et peuvent même être dangereuses sur les plans psychique et psychologique. Cela dit, il est possible de communier avec les âmes qui ne sont plus incarnées, notamment avec celles des êtres chers que l’on a bien connus. Mais une telle communion ne peut se faire qu’en s’élevant en conscience vers elles, et non pas en les faisant descendre vers nous. De plus, elle doit être individuelle et non collective.

L’AMORC n’est pas seul à  parler de ce sujet, et parmi mes pérégrinations, j’ai découvert les vidéos d’Arnaud Dumouch, un jeune et sympathique théologien qui présente le point de vue de la religion catholique sur ce sujet:

Vous pouvez retrouver cette vidéo sur ce site:

http://lesparanormaux.free.fr/fichiers/video.htm

Voilà, je vous souhaite une bonne écoute et de fructueuses réflexions. Pour approfondir le sujet, voici d’autres liens:

http://eschatologie.free.fr/fichiers/video.htm

(au fait, j’ai oublié de vous remercier pour vos visites, puisqu’à ce jour, on a dépassé les 10 000 visites. Alors, merci à tous!)

Publié dans Discussion générale | Pas de Commentaire »

 

My review 1st |
Just'in |
Mespetitespensees.com |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Gabyblogusa
| Becomemydream
| Raviromar