• Accueil
  • > Archives pour juillet 2013

Parle-moi – Nana MOUSKOURI: ode à la tendresse

Posté par leblogdegaudius le 24 juillet 2013

Dans le même esprit que mon précédent article à propos de la violence éducative:

http://leblogdegaudius.unblog.fr/2013/02/23/la-paix-commence-tout-petit/

je vous propose, si vous acceptez de laisser parler  votre coeur et vos émotions les plus sublimes, d’écouter ce bijou de tendresse, propre à réconforter tous les écorchés vifs de ce monde de tumultes et de combats:

Image de prévisualisation YouTube

Bonne écoute à toutes et à tous.

Pour les paroles:

Parle-moi, parle-moi, j’ai besoin de tendresse

Il n’en reste plus beaucoup dans ce monde un peu fou

M’en veux pas, ne ris pas, je suis comme une enfant

Parle-moi, parle-moi, doucement et longtemps

 

Parle-moi, parle-moi, j’ai besoin de présence

Le silence me fait peur; je n’entends plus que mon cœur

T’en vas pas, bouge pas, je suis comme une enfant

Parle-moi, parle-moi, c’est toi qui me défends

 

Parle-moi, parle-moi, j’ai besoin de tendresse

Mal du siècle, de toujours, mal d’amitié, mal d’amour

M’en veux pas ne ris pas, je suis femme et enfant

Parle-moi, parle-moi, c’est toi seul que j’entends

 

M’en veux pas, ne ris pas, je suis femme et enfant

Parle-moi, parle-moi, dis les mots que j’attends

Gaudius


Publié dans Discussion générale | Pas de Commentaire »

La queste de Sire Olivier de Saint-Omer – 6ème et dernière partie

Posté par leblogdegaudius le 13 juillet 2013

Arrivés à la basilique, Sire Olivier nous réunit autour de lui et nous déclara gravement:

- Mes amis; c’est la première fois que je vous appelle ainsi, car vous m’avez vraiment aidé contre vents et marées, à triompher de tous les périls. Cette journée qui s’annonce sera avant tout la vôtre.

Je voulais que vous le sachiez; après cette cérémonie, j’aurai le droit d’armer chevalier tous ceux qui auront bien combattu, dans l’honneur, le courage et la dignité. Et c’est vous, fidèles entre les fidèles, qui serez mes pareils, pour continuer dans notre recherche commune, si tel est votre désir.

Le brave Dominique répondit pour nous:

- Sire Olivier, c’est plus que chacun peut espérer. C’est grande surprise et grand honneur qui nous échoit là. Redoutable, même. Aussi, vous demandons-nous une faveur. C’est la première en tout ce temps que nous avons été avec vous et vous ne pouvez nous la refuser.

- Parle, mon bon.

- Laissez-nous faire oraison avec vous. Nous voulons remercier le ciel de nous avoir épargnés de terribles dangers et de nous avoir donné un seigneur que nous avons plaisir à servir.

- Mes amis, j’allais vous demander la même faveur: prier avec moi. C’est une grande joie pour mon cœur d’avoir des amis tels que vous. Des frères, même. C’est ce que nous serons demain. Il n’y aura désormais plus de distance entre nous.

L’assemblée acclama Sire Olivier; « Noël au noble Sire Olivier! Noël! Noël!  » Soudain, une petite voix s’éleva du milieu de notre groupe.

- Moi aussi je veux devenir chevalier!

C’est un enfant qui avait parlé; une petite fille qui avait l’air admirative. Sire Olivier se pencha vers elle et lui sourit:

- Jeune dame, cela ne se peut. Le noble métier de chevalerie est réservé aux hommes. Mais peut-être serez-vous un jour compagne ou mère d’un chevalier? Votre tâche sera tout aussi exaltante, car c’est vous qui l’inspirerez et participerez à sa formation.

- Et vous, comment avez-vous fait?

- Mon père, le Sire de Saint-Omer, m’a donné très tôt le goût de la chevalerie. Ma noble mère m’a enseigné aussi tout ce qu’un bon fils doit savoir, et mes maître et devanciers m’ont initié au métier des armes. J’ai du prouver ma valeur et j’ai dû affronter mille épreuves qui m’ont forgé le caractère.

J’ai affronté le mal sous toutes ses formes, combattu bien des méchants et grâce à cela, le bon roi Régis m’honore de sa confiance et de son estime. Un grand chevalier se doit d’acquérir toutes les vertus s’il veut être respecté…

Le chevalier s’arrêta net et prit conscience qu’il était en train de se vanter.

- Mon dieu, que suis-je en train de faire?, disait-il, enfouissant son visage entre ses mains. Je me glorifie moi même et je déshonore la chevalerie toute entière… Je trahis mes engagements et de plus, je suis en train de tromper cet enfant innocent… Je ne suis pas digne de porter les armes… Je suis indigne de la confiance de ma Dame et de notre bon roi… Je ne suis rien… Je ne suis plus rien… Je me suis gonflé de moi-même… Puisse le ciel me pardonner mon fol orgueil.

Le chevalier courba la tête et s’effondra sur lui même.

Ah, enfant! Devais-tu être l’ultime obstacle que devait franchir notre bon et vaillant seigneur? Fus-tu un ange envoyé du ciel pour l’éprouver, comme on éprouve l’or?

Pendant que notre bon maître gisait ainsi, l’âme tourmentée et le cœur labouré, l’enfant posa sa main sur son épaule. Et la paix descendit dans son être torturé. Et l’enfant lui dit :

- Allons, relève-toi, bachelier .Tu a pris la mesure de ta propre vanité et tu connais à présent la vraie valeur de l’humilité.

Elle lui tendit un poignard.

- Prends cette miséricorde. Qu’elle te rappelle que tu ne dois te fier qu’à Dieu si tu veux vraiment œuvrer pour le bien de tous. A présent, suis-moi.

Guidés par l’enfant, Sire Olivier et nous-mêmes, ses compagnons fûmes conduits devant le roi Régis, qui attendait dans un recoin. Il nous accueillit avec un grand sourire.

- Je vois, Sire Olivier, que tu as franchi la dernière épreuve. Jamais la princesse Gaëlle ne t’aurait conduit ici si elle ne s’en portait garante par sa présence céans. En vérité, tu es l’image vivante du vrai et pur chevalier. Par ton exemple, tu seras l’inspirateur de beaucoup. Et l’offre généreuse que tu as faite à tes compagnons de devenir tes égaux me pousse à te demander une faveur.

- A moi, Sire? Qui suis-je pour accorder une faveur à celui de qui vient toute faveur?

- Il se trouve, beau chevalier, que je suis moi-même serviteur d’une cause qui nous dépasse tous. C’est une tâche qui demande beaucoup d’efforts et de sacrifices. Il s’agit de tout faire pour que les hommes, nos frères, puissent enfin connaître la Paix Profonde et s’unir à Dieu. Voilà le Grand Œuvre dont tant on a parlé.

Cette tâche, je ne puis l’accomplir seul. Aussi, je te demande si tu veux bien travailler à mes côtés, silencieux et inconnu, au bonheur de ton prochain, sous le signe de la Rose et de la Croix?

Notre sire répondit avec enthousiasme:

- Majesté, oui, mille fois oui!

Le roi lui remit alors une Rose-Croix, ainsi qu’un bouclier.

- Alors, Frère Olivier, reçois ce nouvel emblème sous lequel tu travailleras désormais. Et que ce bouclier soit pour toi le rappel constant de la protection dont tu entoureras les faibles et les démunis.

Et vous, ses fidèles compagnons, acceptez-vous de l’aider encore et toujours dans la grande tâche qui l’attend? Acceptez-vous d’œuvrer avec mes compagnons et moi-même, sans craindre déceptions et trahisons?

Tout le monde accepta. Ce fut encore Dominique qui prit la parole:

- Sire, lorsque nous avons décidé se servir notre noble seigneur, Sire Olivier, jamais nous n’aurions pensé que notre périple nous amènerait à de si grandes choses. Ce que nous avons donné n’est rien en comparaison de ce que nous avons reçu. Et voilà que de nouvelles faveurs pleuvent sur nous. Nous serions bien ingrats si nous nous arrêtions là.

A présent, nous savons tous que quel que soit l’endroit où nous serons, les moyens ne nous manqueront jamais de faire œuvres bonnes et utiles. Peut-être, nous ne deviendrons pas tous chevaliers, mais tous, aurons à cœur de servir notre roi et notre Seigneur de notre mieux.

- Je vous en remercie tous. Allons de ce pas offrir une action de grâce au bon Saint Rémi. Après quoi, nous nous réunirons en chapitre et ferons grand banquet pour fêter notre nouvelle alliance. D’ici là, que notre Seigneur Jésus-Christ vous ait en sa sainte garde et qu’il vous accorde tous les bienfaits du ciel. Amen.

Le roi, la princesse, Sire Olivier et tous les compagnons rentrèrent enfin dans la basilique et rendirent grâce. Puis nous laissâmes notre cher seigneur seul, comme le veut l’usage.

Le lendemain, il y eut grande messe, et ce fut notre bon roi lui-même qui l’arma chevalier et qui lui remit des armes toutes neuves, fabriquées toutes exprès dans les forges royales, et du plus bel aloi.

Après quoi il y eut de grandes réjouissances et de grands tournois.

Puis ce fut notre première réunion de chapitre, où nous prîmes connaissance des vœux de notre souverain et de la nouvelle mission qui nous serait impartie. Quelques uns d’entre nous devraient repartir sur les routes du royaume et aller là où on aurait le plus besoin de nous. Avant le départ, notre bon roi fit venir tout exprès un troubadour, qui était de notre Ordre, et qui nous livra un de ses plus beaux chants.

Vous révéler le nom de notre Ordre et notre mission précise, cher lecteur, je ne le puis. Qu’il vous soit permis toutefois de méditer sur ce beau texte que vous trouverez ci-après. Puisse-t-il vous inspirer et vous donner envie de vous mettre, vous aussi, en quête de la Rose des Sages.

La queste de Sire Olivier de Saint-Omer - 6ème et dernière partie dans Les histoires de Gaudius scan00011-166x300misericorde1 bouclier dans Les histoires de Gaudius

Pendant ce temps, dans l’espace, Dark Kador punissait un officier pour sa maladresse: ayant besoin d’échantillons biologiques, celui-ci avait téléporté plusieurs échantillons avec succès mais lorsqu’il en était arrivé à l’espèce humaine, il n’avait réussi qu’à téléporter une sorte d’armure, comme ils en portaient, mais de facture primitive. Dark Kador avait dû s’en débarrasser en vitesse avant de prendre la fuite car le vaisseau du Professeur Mars-El s’approchait dangereusement de lui

Publié dans Les histoires de Gaudius | Pas de Commentaire »

Le 03 juillet 1905: Une grande date pour la République et la liberté de conscience.

Posté par leblogdegaudius le 3 juillet 2013

Parce que je n’oublie pas que j’ai quand même le privilège de vivre dans une république laïque et démocratique qui assure à chacun l’égalité aux yeux de la loi, parce que je n’oublie pas que je suis aussi un citoyen français, il m’a semblé opportun de relayer cette information issue du blog de Claude Nicolet, responsable du MRC Nord-Pas-de-Calais, qui rappelle qu’il y a 100 ans, la loi instaurant la laïcité était votée.  En ce qui concerne la tolérance, la loi ne peut l’imposer, car elle est l’affaire de chacun, elle garantit seulement la liberté de conscience.

inShare

MRC 3Il y a cent  huit ans aujourd’hui, le 3 juillet 1905 par 341 voix contre 233 à la Chambre des députés, et 181 pour contre 102 au Sénat. Le Parlement votait la loi de séparation des Eglises et de l’Etat. Elle est promulguée le 9 décembre 1905 (publiée au Journal Officiel le 11 décembre 1905). Grande loi républicaine, elle met un terme à la notion de « culte reconnu » et brise le concordat qui jusque là organisait les relations entre l’Eglise et l’Etat. C’est la rupture des relations diplomatiques avec le Vatican. La République n’a pas reculée et affirme un grand progrès pour la liberté de conscience, la liberté de croire ou de ne pas croire. C’est un immense progrès philosophique et surtout politique.

Article 1er : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes ».

Article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ».

Loi équilibrée, de tempérance et de dialogue, elle continue d’assurer à la France une affirmation universelle de la Laïcité. Ce message est plus que jamais d’actualité et de grands républicains ont permis le vote de cette loi. Qu’il s’agisse d‘Aristide Briand ou de Jean Jaurès les débats passionnés furent de ceux qui ont marqué notre histoire.

Ces exemples doivent continuer à nous inspirer et à nourrir notre détermination. La laïcité est un principe de combat, ce n’est pas une mise en oeuvre de la « tolérance » pour le « vivre ensemble ». C’est une organisation de la société qui passe par l’affirmation de la liberté individuelle inséparable de la liberté de conscience. C’est un outil puissant au service de l’emancipation des individus et des sociétés. La parole, la pensée sont libérées de la tutelle des religions ou des dogmes.

Ce n’est pas pour rien que cette loi reste aujourd’hui si fortement attaquée, autant remise en cause. La loi de 1905 reste pour nous un repaire et une boussole. C’est une source d’inspiration et de réflexion pour alimenter notre action.

Claude NICOLET

Secrétaire national du MRC chargé de la Citoyenneté et de la Laïcité

Conseiller régional Nord Pas de Calais

Source:

http://claudenicolet.fr/la-federation-du-nord-du-mrc/660-le-03-juillet-1905-vote-de-la-loi-de-separation-des-eglises-et-de-l-etat-une-grande-date-pour-la-republique-et-la-liberte-de-conscience.html

Publié dans Discussion générale | Pas de Commentaire »

« Lettres ouvertes » de Serge Toussaint en livre

Posté par leblogdegaudius le 1 juillet 2013

Je ne peux résister au plaisir de vous informer que Serge Toussaint Grand-Maître de l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix, a décidé de rassembler ses « lettres ouvertes en un seul volume. Pour vous faire une idée, cliquez sur le lien ci-après:

interligne

Rose-Croix et société

Extrait du livre : Avant propos

« Cher lecteur,

livrePar définition, l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix est un mouvement philosophique dont les origines historiques remontent au XVIIe siècle. Ouvert aux hommes comme aux femmes, sans distinction de race, de religion ou de classe sociale, il est actif dans le monde entier et a pour devise : « La plus large tolérance dans la plus stricte indépendance. » Précisons également qu’il est reconnu d’utilité publique dans plusieurs pays, en raison de sa contribution à la culture et à la paix entre les peuples.

La vocation première de l’A.M.O.R.C. est de transmettre son enseignement aux personnes susceptibles d’être intéressées. Par nature, cet enseignement est à la fois humaniste et spiritualiste. De nos jours, il couvre douze degrés et se présente sous forme de fascicules qui sont adressés aux membres de l’Ordre ou auxquels ils ont accès par internet. Ceux qui le souhaitent peuvent également se rendre dans des Loges et participer à des travaux collectifs qui perpétuent l’aspect oral de la Tradition rosicrucienne.

L’A.M.O.R.C. ne se limite pas à transmettre son enseignement à ceux et à celles qui en sont membres. Son but est également de contribuer à l’élévation des consciences en général. À cet effet, il édite régulièrement des textes à l’attention du public, afin de susciter la réflexion sur des sujets qui concernent ce que l’on appelle communément le « Vivre Ensemble ». L’Ordre de la Rose-Croix étant apolitique, ces textes le sont également. Autrement dit, ils n’ont aucune visée politique et ne s’inspirent d’aucune idéologie. Ils traduisent plutôt une approche philosophique des sujets concernés, à la lumière de la pensée rosicrucienne.

Parmi les textes que l’A.M.O.R.C. a publiés au cours de ces dernières années, je citerai notamment la Positio Fraternitatis Rosae Crucis, la Déclaration rosicrucienne des devoirs de l’Homme, le Plaidoyer pour une écologie spirituelle et les Prophéties des Rose-Croix, publiés respectivement en 2001, 2009, 2011 et 2012. Tous ces textes figurent sur le site internet de l’Ordre (www.rose-croix.org) et ont été lus par de nombreux internautes. Certains ont même reçu la reconnaissance de personnalités civiles, politiques et religieuses à travers le monde.

Les Rose-Croix sont trop souvent perçus comme des mystiques préoccupés uniquement par la dimension spirituelle de l’existence, au détriment de son aspect matériel. Si besoin était, les textes que l’A.M.O.R.C. destine régulièrement au public prouvent que ses responsables observent avec beaucoup d’attention et d’intérêt la marche du monde. Ainsi, au-delà des clivages religieux et politiques, ils font connaître de temps à autre leur point de vue sur la société et sur l’orientation qu’il faudrait selon eux lui donner pour que son avenir soit aussi positif que possible.

Au cours de ces derniers mois et de ces dernières années, j’ai rédigé plusieurs «lettres ouvertes», avec également pour objectif de susciter la réflexion sur des sujets de société. Bien qu’elles figurent dans leur version originale sur le blog www.blog-rose-croix.fr, il m’a semblé utile de les regrouper en un seul recueil, afin que les personnes susceptibles de les lire puissent y accéder plus facilement. Naturellement, vous êtes entièrement libre de ne pas partager les idées exprimées. Il est probable néanmoins que certaines d’entre elles aient votre adhésion, ne serait-ce qu’en partie. Quoi qu’il en soit, prenez le temps d’y réfléchir, en faisant vous-même abstraction de tout préjugé. Autrement dit, prenez-en connaissance dans un esprit ouvert, avec tolérance.

Avec mes meilleures pensées.

Serge Toussaint
Grand Maître de l’A.M.O.R.C. »

 

 » width= »9″ height= »7″ /> Texte complet du livre Rose-Croix et société

Publié dans Discussion générale | Pas de Commentaire »

 

My review 1st |
Just'in |
Mespetitespensees.com |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Gabyblogusa
| Becomemydream
| Raviromar